ArticlesEvénements
Aujourd'huiCette semaineCe weekend

Pour ne rien manquer de l'actualité culturelle, abonnez-vous à notre newsletter

thumbnail-0

Retour

Partager sur

single_article

Rencontre avec Nabil Soubra, Directeur de la fondation de la famille Soubra

24/09/2019

L’histoire de la famille Soubra est intimement liée à celle de Beyrouth. Pouvez-vous nous en dire plus sur votre fondation éponyme et le rôle qu’elle entend tenir au sein de la capitale ? 

La Famille Soubra est une très ancienne famille beyrouthine qui a participé au développement de notre capitale dans tous les secteurs, notamment l’éducation, les arts, les œuvres de charité, etc... Notre fondation est donc la continuité des actions d’entre-aide que nos ancêtres effectuaient pour le développement de l’humain et de la ville. La société dans laquelle nous vivons a changé, nous nous fixons donc maintenant comme objectif principal le développement humain, mais également la mise en place d’une plateforme où tous les talents présents dans la famille Soubra peuvent être mis en avant.

 

Les quatre artistes présentés lors de votre exposition ‘Roots’ sont issus de la famille Soubra. Est-ce que les autres membres de votre famille sont artistes ou sensibles à l’art ? 

Les quatre membres femmes de notre famille sont des artistes, chacune venant d’une génération différente de la soixantaine à la vingtaine. Bien sûr, nous avons d’autres peintres et dessinateurs, mais ceux-ci ne sont pas professionnels, ce qui ne nous empêche pas de les soutenir pour leur réussite future. Nous avons beaucoup de gens sensibles à l’art dans notre famille, nous avons des poètes, des peintres, et d’autres talents artistiques.

 

Pensez-vous qu’au Liban les domaines comme l’art ou les associations caritatives, dépendent d’actions privées telle que la vôtre pour continuer d’exister ? 

Au Liban, il y a des galeries et des artistes, mais il a très peu d’associations spécialement dédiées à venir en aide au domaine de l’art. L’aide publique est très restreinte pour les organismes culturels, nous n’avons à connaissance pas de vrai budget pour cela. De ce fait, les aides privées dépendent d’élans individuels plus que d’aides provenant d’organismes spécifiques. 

 

Statement 

Manar Soubra : “ I paint from the heart, describing my life, my environment and what touches me. 

Lately the dramatic pollution around the world was the subject I wanted to paint since I am a nature lover.

Part of the painting was painted few years ago, it was about my pain.”

 

Zeina Soubra: “ I'm fascinated by nature, I attempt to bring a sense of spirit into my work. 

Trying to explore the human condition and what it means to be a part of this natural world either through realism or how we subconsciously view our surroundings.”

 

Samia Soubra: “ Art at this phase is still floating and discovering itself. The exploration and experimentation is presented through studying the self and beyond. There is a mark we dwell on, and we transfer it onto a medium of color, shades, and lines.”

 

Isaaf Soubra: 

" الرسم هو تعبير و احساس بالجمال ايا يكون نوعه أو مصدره كما أنه موهبة. و منذ صغري أحببته و رأيت في الهندسة المعمارية المجال الواسع لتلبية رغبتي في التعبير عن احساسي بالجمال و بالمواقف الإنسانية والاجتماعية التي تستحق التخليد بلوحة فنية. وقد رسمت هذه اللوحات في ظروف مختلفة عبر سنين حياتي. ربما تعجب البعض أو لا ولكن لها عندي ذكرى و تاريخ عزيزين على قلبي."

thumbnail-0
thumbnail-0

ARTICLES SIMILAIRES

Depuis 1994, l’Agenda Culturel est la source d’information culturelle au Liban.

© 2024 Agenda Culturel. Tous droits réservés.

Conçu et développé parN IDEA

robert matta logo