ArticlesEvénements
Aujourd'huiCette semaineCe weekend

Pour ne rien manquer de l'actualité culturelle, abonnez-vous à notre newsletter

thumbnail-0

Retour

Partager sur

single_article

Rencontre avec Dr Zahi Hakim…

02/12/2019

D’où vous vient cette passion pour les tubes à rayons X et les vieux objets de radiologie ?

Depuis ma jeunesse, j’ai toujours été particulièrement intéressé par l’électricité, par ses diverses applications et par l’électronique. D’autre part, j’étais également un photographe amateur passionné. Avec ces deux prédispositions, et juste après mon diplôme de médecine en 1956, je me suis naturellement dirigé vers la radiologie qui est devenue une vocation plutôt qu’une carrière.

 

Dans les années 50, le radiologue était loin d’être un simple lecteur d’images et les machines n’étaient pas télécommandées et tellement automatisées. Avant chaque image, il devait faire des calculs de kilovolts, de milliampères, et de temps de pose pour chaque image en fonction de la région examinée du malade, en évitant de surchauffer le tube, et tout en prenant en considération la qualité et le pouvoir d’amplification des écrans renforçateurs dans la cassette contenant le film. Autrefois, le radiologue faisait un avec sa machine.

 

Comment avez-vous débuté votre collection ? Quel est le premier objet que vous avez récupéré ?

C’était un cadeau, remontant aux années 1960. C’était un tube de Coolidge, à cathode chaude, de la toute première génération, de la deuxième décennie du siècle dernier, produit par General Electric.

J’ai ensuite acquis deux pièces au marché aux puces, à Basta, datant de 1920 et 1940. Puis le R.P. François Duprès Latour, chancelier de la faculté française de médecine m’a offert le plus ancien tube de radiologie au Liban, datant de l’année 1900. 

 

Quels sont les objets de cette collection qui vous sont les plus chers ? Avez-vous des histoires particulières les concernant à nous raconter ?

A vrai dire, et après réflexion, je me trouve incapable de répondre à la première question. J’aime beaucoup chacune des pièces, certaines pour leur ancienneté, remontant à l’aube de la science, certaines pour leur beauté, d’autres pour l’originalité de leur conception et d’autres enfin, uniquement parce qu’ils me rappellent ma vocation. Chacun de ces objets, presque sans exception, s’accompagne d’une histoire, souvent cocasse et amusante. En voici quelques-unes qui démontrent la bienveillance, ou, peut-être, la connivence de la providence. 

 

Il y a 40 ans, en visitant à Paris un grand fabricant français de matériel radiologique, je vois par terre, dans un coin de son bureau, quelques très vieux tubes de radiologie. ‘Oh ! ce sont des vieilleries qui vont à la casse’, me dit le directeur. Avec sa permission j’en ai ramené un seul, le moins grand, le moins cassable et le plus ancien. C’était le tube Chabaud, actuellement une pièce unique au monde, une pièce maîtresse dans ma collection, remontant aux premières années du siècle, avec la partie anodique totalement en platine….

 

J’avais acheté en Amérique, par enchères sur e-bay, un tube radiologique, fabriqué par

Machlett. C’était le tout premier tube « protégé »qui remontait à 1934 et qui était un point particulièrement fort dans l’histoire des tubes radiologiques. En le ramenant à Beyrouth, même enveloppé, il est arrivé cassé. J’étais furieux. Le lendemain, à une heure assez matinale le téléphone sonne. Une voix me dit : vous ne me connaissez pas, mais je sais que vous collectionnez des tubes radiologiques. Je suis un ancien technicien de l’université américaine, et j’ai un vieux tube à vous offrir. C’était le même modèle que le tube reçu, cassé, la veille.

 

Ayant acheté aux enchères, au Danemark, un tube datant de 1910, j’ai reçu à la place un tube de 1896, le tube de Jackson, le premier tube spécifiquement fabriqué pour la radiologie, juste après l’annonce de Wilhelm Röntgen de sa découverte des rayons X.

Je n’avais même jamais rêvé voir un tel tube durant ma vie, même pas dans un musée, et je l’avais maintenant en main ! Après plusieurs communications avec le vendeur, il s’est avéré qu’il s’était trompé de destinataire, et que le tube appartenait au Dr. Paul Frame, à Oak Ridge, Tennessee, qui avait par contre reçu mon tube. Or, le Dr Frame, également collectionneur, était un ami personnel, et je lui ai proposé de lui envoyer son tube. Sa réponse : It’s in good hands. It’s too precious to send. Keep it. Keep it safe.

 

Pourquoi avoir décidé de faire don de ces objets de collection à la L.A.U. ?

Au cours des années, la collection a tellement augmenté de volume et demande tellement d’espace qu’elle ne pouvait plus rester dans un appartement. C’est une collection vivante et en constante évolution, qui continue à se développer et demande de plus en plus d’espace. Ce que la L.A.U. a bien voulu lui accorder.

Quelques très rares collections comparables se trouvent aux Etats-Unis et en Europe, mais nulle part ailleurs dans le monde. Je suis donc fier d’offrir cette collection tout d’abord, à mon pays, le

Liban, et je suis très heureux et reconnaissant à la LAU d’avoir bien voulu l’accueillir et, surtout, de bien vouloir en faire un musée.

 

thumbnail-0
thumbnail-0

ARTICLES SIMILAIRES

Depuis 1994, l’Agenda Culturel est la source d’information culturelle au Liban.

© 2024 Agenda Culturel. Tous droits réservés.

Conçu et développé parN IDEA

robert matta logo