ArticlesEvénements
Aujourd'huiCette semaineCe weekend

Pour ne rien manquer de l'actualité culturelle, abonnez-vous à notre newsletter

thumbnail-0

Retour

Partager sur

single_article

Raffi Tokatlian, un maître du bronze aux inspirations multiples

28/07/2022|Amaya Singh

Pour la toute première fois, Raffi Tokatlian exposera une rétrospective de son œuvre chez lui, à Faqra, où il réside à plein temps depuis le début de la crise sanitaire. Du vendredi 29 juillet au mercredi 31 août 2022, les visiteurs curieux auront l’opportunité de découvrir ses sculptures uniques, réparties sur l’espace intérieur et extérieur de sa maison. Pour ce sculpteur qui a l’habitude d’exposer à Tokyo, Zurich ou encore Los Angeles, cette exposition, pourtant nommée “Boundless” (“sans limites” en français), se veut plus intimiste. A l’approche de l’inauguration de la Open House Gallery, nous revenons sur le parcours et les influences de Raffi Tokatlian. 

 

Né à Beyrouth en 1957, sa fibre artistique lui a été transmise par son père et son grand-père, tous deux peintres amateurs. Après avoir étudié l’architecture d’intérieur à la Lebanese American University, il commence une formation en arts appliqués à l’Ecole des Arts Décoratifs de Paris en 1981 mais il se retrouve finalement attiré par l’art de la sculpture, auquel il s’est formé en autodidacte. De retour au Liban après ses études en France, il en apprend plus sur les différentes techniques de sculpture, notamment celle de la cire perdue (un procédé de moulage de précision qui permet d’obtenir une sculpture en métal à partir d'un modèle en cire). Depuis l’enfance, le dessin occupe une place importante dans la vie de Raffi Tokatlian et dans la manière dont il développe des idées pour ses sculptures, qui sont toujours élaborées à partir de croquis. En plus d’être sculpteur, il s’adonne également à la peinture et à l’écriture. Lorsqu’elles n’étaient pas exposées aux quatre coins du monde, ses œuvres étaient entreposées dans sa galerie Connaissance des arts à Beyrouth, qui n’a malheureusement pas survécu à la crise économique. 

Inspiré par les peintres surréalistes, les mythes grecs et romains, les sculptures de Donatello, de Rodin ou encore de Giacometti, son style est “surrealmythoclassical”, un néologisme créé de toutes pièces par l’artiste pour définir son œuvre. Raffi Tokatlian se dit être fortement sensible à la nature et aux évènements qui l’entourent. A travers ses silhouettes de bronze, il présente son interprétation personnalisée des notions d’humanité, de Bien et de Mal, de passé, de présent et de futur. A cette réflexion autour de défis existentiels universels, il inclut des aspects tragiques de son histoire familiale, qu’il relate à travers son art. En tant que descendant de rescapés du génocide arménien, l’artiste s’est engagé à entretenir le devoir de mémoire autour de cet évènement tragique de l’histoire mondiale, qui reste encore trop méconnu. Par ailleurs, il a été décoré par le gouvernement arménien en récompense pour sa contribution notable au développement de l’art arménien. Toutefois, Raffi Tokatlian ne se définit ni comme un artiste libanais, ni comme un artiste arménien, mais bien comme un artiste universel pour qui, “l’art rend perceptible ce qui sans lui demeurerait occulté”. 

 

A savoir
Pour en savoir plus, cliquez ici

“Boundless” du 29/07 au 31/08/2022 

Entrée gratuite 

Horaires d’ouverture : de 17h à 21h 

Adresse : Faqra, Kfardebian

50m avant l’Oakridge Mountain Resort à droite, au bout de la rue 

Contact : +961 3640044

 

thumbnail-0
thumbnail-0

ARTICLES SIMILAIRES

Depuis 1994, l’Agenda Culturel est la source d’information culturelle au Liban.

© 2024 Agenda Culturel. Tous droits réservés.

Conçu et développé parN IDEA

robert matta logo