ArticlesEvénements
Aujourd'huiCette semaineCe weekend

Pour ne rien manquer de l'actualité culturelle, abonnez-vous à notre newsletter

thumbnail-0

Retour

Partager sur

single_article

Les petites histoires du Musée National de Beyrouth #6

07/04/2022|Anne-Marie Maïla Afeiche

Musée national Libanais à l’école des Diaconesses

 

Une note de la Direction du Service des Antiquités datée de 1934, fait état de l’urgence de terminer la construction et l’aménagement du Musée National à la rue de Damas. La raison invoquée est le déménagement de la collection des antiquités qui se trouvait alors exposée dans un local de l’école des Diaconesses, soit le Collège Protestant Français, 73 rue Georges Picot. Plusieurs salles y avaient été en effet louées pour abriter et exposer les antiquités découvertes au Liban, et ce, depuis les années 1920. Cinq salles du bâtiment nord situées sous la bibliothèque et deux du bâtiment sud avaient été aménagées à cet égard. A partir des années 1930, une barrière séparait alors le Musée national Libanais, du Collège des jeunes filles. Chaque salle développait un thème différent: à titre d’exemple, la salle II où trônait le sarcophage d’Ahiram, était consacrée à l’alphabet ; la salle III dédiée à la nécropole royale de Byblos exhibait bijoux, diadèmes, bracelets en or et améthyste récemment découverts dans les tombes des rois de Byblos, datées des 19e et 18e siècles av. J.-C.

La correspondance entre le Pasteur Maurice Brès, administrateur des Œuvres Protestantes Françaises et le conservateur Maurice Chéhab témoigne des travaux qui devaient être effectuées dans les locaux du Musée national Libanais, notamment pour garantir l’isolation de certaines salles et la conservation des pièces présentées. Dans les nombreux courriers adressés à Maurice Chéhab, le Pasteur Maurice Brès se fait de plus en plus pressant. Il voudrait récupérer ces salles : l’école inaugurée en 1927 compte déjà 100 élèves un an plus tard sous la direction de Louise Wegmann. Malheureusement, et malgré l’insistance d’évacuer les salles du CPF, le Musée national, rue de Damas, est encore en construction et ne peut par conséquent recevoir la collection d’antiquités. L’évacuation définitive qui était fixée au 31 décembre 1930 sera reportée à juillet 1932, date qui ne sera pas non plus respectée.  Il faudra attendre quelques années encore pour voir la collection archéologique exposée au Musée national. 

 

Dans la première édition du Bulletin du Musée de Beyrouth de 1937, Maurice Chéhab souligne à cet effet que: « ce nouveau Musée abrite déjà une partie des collections autrefois entreposées dans l’immeuble des Diaconesses. Plusieurs salles sont en cours d’aménagement et dans quelques mois, la totalité des collections y trouveront leur place définitive ».       

A SUIVRE….

 

Anne-Marie Maïla Afeiche

Directrice générale

Conseil général des Musées

thumbnail-0
thumbnail-0

ARTICLES SIMILAIRES

Depuis 1994, l’Agenda Culturel est la source d’information culturelle au Liban.

© 2024 Agenda Culturel. Tous droits réservés.

Conçu et développé parN IDEA

robert matta logo