ArticlesEvénements
Aujourd'huiCette semaineCe weekend

Pour ne rien manquer de l'actualité culturelle, abonnez-vous à notre newsletter

thumbnail-0

Retour

Partager sur

single_article

Lecture 55 : Les enfants gâtés, Anthropologie du mythe du capitalisme responsable

18/05/2023|Gisèle Kayata Eid

Les enfants gâtés, Anthropologie du mythe du capitalisme responsable, Fanny Parise, Payot, 2022.

 

Détrompez-vous ce n’est pas un livre de puériculture. Mais un essai, une étude scientifique sur le prétendu post capitalisme, cette contre-culture qui oppose la société de consommation à la consommation « responsable » qui, elle devrait opérer un changement dans la marche du monde. Un mythe que l’anthropologue spécialiste des mondes contemporains et de l’évolution des modes de vie décortique sur quelques 300 pages. 

On a tous des exemples autour de nous de ces « enfants gâtés » et probablement que nous en sommes aussi. Ces « nouveaux sauvages » qui limitent leurs voyages, achètent trois nouveaux vêtements par an, se nourrissent de végétaux… mais tout en appliquant les théories des affaires (comme les « frugalistes » (les nouveaux golden boys de la consommation responsable) qui veulent prendre tôt leur retraite… et accumulent à court terme des capitaux…pour mieux consommer (écolo) plus tard - mais consommer pareil). 

L’auteure étudie en détail (comportement, mode de pensée) ceux qui rêvent de changer la société, sans toutefois changer de société, et c’est là tout le message de Fanny Parise. Ces élites qui s’illustrent à travers des goûts sensiblement différents du reste de la population comme les bobos, en quête de sens, les normcores (nostalgiques du futur), les boubours (prônent l’authenticité), les hipsters (non conformistes) … 

En (très) bref, elle démonte la croyance en « la pensée magique », cette illusion collective du changement alors que dans les faits ceux qui ont des intérêts à préserver usent de toute leur influence pour que rien ne change précisément… Ceux-là mêmes qui créent et contrôlent la culture « qui érige(nt) en valeurs suprêmes les valeurs sociales (justice sociale, équité des genres, psycho-spiritualité) les valeurs écologiques (sensibilité environnementale, respect de la condition animale et bien sûr dans le bien-fondé de la consommation responsable.

Avec une rigueur bétonnée par des exemples dans tous les domaines (culture, firmes, médias, loisirs…), l’auteure explique leur idéologie, leurs modes d’action, leur capacité à réinventer le banal, à enchanter l’ordinaire (les métavers), la fiction…  ce qu’on appelle « l’ingénierie sociale ». 

« Ces croyants du monde d’après » sont comparables à un enfant gâté qui, « du point de vue anthropologique, est une personne qui a jugé nécessaire de changer son style de vie (choix alimentaire, loisirs, consommation). Il a un pouvoir d’achat suffisant… dispose de ressources nécessaires (temps libre, sentiment de sécurité, ressources financières suffisantes, bien-être relatif, etc.) lui permettant de réfléchir à de nouvelles manières de consommer. 

Un ouvrage passionnant qui analyse notamment l’effet du divertissement des DAN (Disney, Amazon et Netflix) de l’infotainment (information et entertainment) sur la politisation inconsciente des masses.

… Un essai ardu, très fouillé, mais une monographie anthropologique indispensable pour celui qui refuse de « croire en certaines entités irréelles qui permettent d’organiser le réel », mais  qui y trouvera bien d’éléments de réponses à celui qui lui conseille de jeter sa brosse à dent ordinaire pour la tronquer contre une brosse à dents en bambou qui doit faire le tour du monde avant d’échouer dans sa bouche pour lui durer bien moins de temps que celle en plastique. 

thumbnail-0
thumbnail-0

ARTICLES SIMILAIRES

Depuis 1994, l’Agenda Culturel est la source d’information culturelle au Liban.

© 2024 Agenda Culturel. Tous droits réservés.

Conçu et développé parN IDEA

robert matta logo