ArticlesEvénements
Aujourd'huiCette semaineCe weekend

Pour ne rien manquer de l'actualité culturelle, abonnez-vous à notre newsletter

thumbnail-0

Retour

Partager sur

single_article

Le festival International du Film Oriental de Genève met à l’honneur la ‘Liberté…au féminin’

07/06/2022

Cette 17ème édition est placée sous la célébration des femmes, avec notamment Joumana Haddad qui sera la présidente d'honneur. Ce choix a-t-il un lien avec les vagues récentes de dénonciation d'abus/de crimes au sein du milieu cinématographique ?

Le fifog célèbre La liberté…au féminin. Il y a des détails qui sont de taille. Le premier mot que l’on célèbre est celui de la liberté que les poètes ont chanté. Ainsi, on crie avec V. Hugo « Sauvons la liberté et la liberté sauvera le reste. Le deuxième mot est féminin. A travers ce mot, nous voulons célébrer la femme, mais pas seulement. C’est surtout la féminité dont il s’agit. Et cette dernière, on la trouve aussi bien chez l’homme que chez la femme. En tous cas, on a voulu faire un clin d’œil à la participation des femmes aux mouvements populaires qui ont secoués les pays d’Orient. C’est cette présence qui a conféré à ces mouvements un caractère féminin dont l’efficacité n’est plus à démontrer. Enfin, il y a les trois points de suspension qui traduisent notre positionnement artistique.


Selon vous est-ce les femmes sont suffisamment intégrées et valorisées dans le paysage du Film Oriental ?

La place de la femme a évolué dans le cinéma oriental de la posture de figurante à celle de l’actrice qui impose sa vision, en passant de celle de l’instrument au service du réalisateur. Ainsi les premiers films ont été signés par des hommes. On a trouvé plus tard des femmes dans la technique. Aujourd’hui, elles sont partout : réalisatrices, techniciennes, actrices, scénaristes. Sa place devient de plus en plus importante. Cette année au FIFOG, presque la moitié des films qui sont signés par des femmes.

 

 

Cette année signe la reprise du festival en présentiel après une précédente édition en hybride. Avez-vous des attentes particulières pour ce retour ?

On prépare toute nos éditions avec plaisir, patience et passion. Nous espérons drainer toujours plus de monde. Nous souhaitons aussi que les festivaliers puissent trouver autant de plaisir que nous avons eu à préparer le festival. Autrement, nous continuons impassiblement à travailler nos objectifs à savoir corriger les clichés, dissiper les malentendus, instaurer plus de dialogue entre l’Orient et l’Occident. Le festival est une vitrine d’exposition pour les cinéastes et une fenêtre artistique sur l’Orient pour les spectateurs.

 

Une cinquantaine de films seront diffusés. Comment la sélection s'est faite cette année et comment se déroulent le départage pour les prix ? 

La sélection obéit à des critères artistiques et objectifs précis. Tous les films et invités ont un rapport avec la thématique de l’année. Nous respectons la parité entre les deux sexes, nous veillons à l’équilibre géographique, nous prêtons attention aux mélanges des générations et nous encourageons des ponts entre les arts : cinéma, littérature, danse, musique…

Pour les prix, il y a des jurys qui sont choisis en fonction des mêmes critères. Par ailleurs, nous essayons de mettre des jurées avec des expériences et sensibilités différentes. Il s’agit de multiplier les angles de vue à même de révéler plus de qualités de l’œuvre. Une œuvre artistique est par définition polysémique. Elle est un ciel étoilé. Plus les regards sont multiples, plus les finesses, beautés et qualités seront révélés.

 

Consultez le programme en cliquant ici

thumbnail-0
thumbnail-0

ARTICLES SIMILAIRES

Depuis 1994, l’Agenda Culturel est la source d’information culturelle au Liban.

© 2024 Agenda Culturel. Tous droits réservés.

Conçu et développé parN IDEA

robert matta logo