ArticlesEvénements
Aujourd'huiCette semaineCe weekend

Pour ne rien manquer de l'actualité culturelle, abonnez-vous à notre newsletter

thumbnail-0

Retour

Partager sur

single_article

Gérald Foltête – De Beyrouth à Paris

22/08/2023|Yasmine Sabbah

Gérald Foltête (né à Besançon en 1966) est un artiste français vivant et travaillant à Paris.  Il a navigué entre plusieurs univers professionnels dans des domaines aussi divers que la création publicitaire, la réalisation cinématographique, la production de documentaires et même la conception d'enceintes acoustiques, avant de se consacrer entièrement à l’art.

 

Téléchargez la monographie en cliquant ici

 

C'est en 2008 que Gérald arrête l'ensemble de ces activités pour se concentrer sur la création artistique. À cette période (entre 2007 et 2009), il a habité à Beyrouth avec son épouse Salma El Mousfy, ex-chanteuse libanaise qui s'est produite aussi aux côtés de Ziad Rahbani et du saxophoniste Toufic Farroukh.

 

C’est à Beyrouth qu’il exécute ses premiers dessins avant de partir pour Grasse en 2009 où il développe ses approches et son univers créatifs. En 2018, il s'installe à Paris et poursuit ses expérimentations.

 

La sortie de sa monographie en septembre 2023 marque 15 années de sa carrière. C'est le premier ouvrage offrant une perspective unique sur la création et le travail de Gérald Foltête. Grégoire Prangé, curateur et critique d'art français, a composé cette monographie. Il en a également rédigé les textes. C’est à travers son analyse profonde que Prangé guide les lecteurs dans l'univers riche et complexe de Gérald Foltête.

 

Dans son introduction, Grégoire Prangé évoque les premiers dessins de Gérald lors d'un séjour à l’hôpital, au Liban. Un pays et une région qui ont leur place dans le travail de l’artiste et dans sa vie.  

 

Voici les premières lignes de la monographie, qui présentent à la fois le livre et l’œuvre de Gérald :

 

« Quinze jours et tous les autres »

 

« Parfois, toute la force d’une symphonie se trouve dans sa première portée, et même le premier son joué. Le roman est déjà en germe dans la première lettre posée sur le papier, et à mesure que l’encre sèche, se déploie l’histoire qu’elle portait. La toile monumentale était déjà image au moment où pour la première fois le pinceau touchait sa surface immaculée. De même, l’œuvre de Gérald Foltête se trouve toute entière dans les premiers textes et croquis qu’il griffonnait à l’intérieur d’un carnet, alors qu’il se trouvait à l’hôpital pour un séjour qui devait profondément changer sa vie. Sur les pages, il explorait les méandres de son intériorité, interrogeait ses pensées – elles se bousculent dans un esprit fatigué, bien qu’en constante ébullition. 

 

« De moins en moins d’idées, de moins en moins de tout, de plus en plus de vide. » C’est ce qu’on peut lire sur les pages du carnet, et encore : « efforts pour s’arrêter de réfléchir, nœuds dans le ventre – puis le vide. » À côté, on trouve des références à la musique – si essentielle dans sa vie – à l’art brut et un besoin de clarifier ses pensées, et d’aller plus profond : « c’est bizarre, d’un côté j’ai l’esprit plus clair, d’un autre côté je suis dans le coma. Facile de réfléchir quand il n’y a rien à réfléchir. » Mais surtout, au milieu de toutes ces notes, la naissance d’un programme : « Il faut que je prenne en photos toutes les pages de ce carnet, du jour où je suis entré au jour où je suis sorti de l’hôpital. Et après je les imprime et je les colle sur un panneau et le titre ça s’appellera 15 jours (de lundi à lundi) » et plus loin, « une autre chose aussi c’est les têtes, il faut faire 15 têtes. » En sortant de l’hôpital, Gérald Foltête quitte son travail et débute la tâche qu’il s’y était fixée, qui conduira à une autre et une autre encore, jusqu’à aujourd’hui et demain à nouveau. Cet épisode, il le décrit comme une troisième naissance, comme l’entrée sur un chemin dont le terme n’est pas accessible, enfin comme la découverte d’une liberté nouvelle, qui s’exprime par obsessions et se nourrit des rêves. 

 

Cela fait quinze ans que durent les quinze jours, et l’œuvre de Gérald Foltête reste fidèle à ses premiers balbutiements, explorant sans cesse de nouvelles directions tout en poursuivant sa quête intérieure, pour une meilleure compréhension de soi et de son rapport au monde. 

 

Dans ce livre, qui est le premier à rassembler son travail et à en souligner les grandes lignes de force, on passe sans cesse du dedans au dehors, du dessin à la sculpture et du texte à la musique. Dans ce livre, les partitions deviennent des reliefs en mouvement ; les monuments de la littérature, des écrans monochromes ; les têtes, des mondes ; les rêves deviennent poussière ; tout est symbole, remède et évocation poétique. 

 

À travers cinq chapitres thématiques, le livre présente près de 200 œuvres variées, qui illustrent les différentes voies de développement de son travail. Ces chapitres ne sont pas à lire comme des catégories fermées, mais plutôt comme des ensembles ouverts et poreux, comme cinq clés de lecture. Ils permettent d’approcher la richesse et la constance de ses recherches, la permanence de ses questionnements, doutes et convictions. 

 

L’œuvre de Gérald Foltête est une permanente révolte, un coup de poing face à la violence et à l’insensé, mais également une grande douceur, une espérance nourrie par la puissance de la création. »

 

thumbnail-0
thumbnail-0

ARTICLES SIMILAIRES

Depuis 1994, l’Agenda Culturel est la source d’information culturelle au Liban.

© 2024 Agenda Culturel. Tous droits réservés.

Conçu et développé parN IDEA

robert matta logo