ArticlesEvénements
Aujourd'huiCette semaineCe weekend

Pour ne rien manquer de l'actualité culturelle, abonnez-vous à notre newsletter

thumbnail-0

Retour

Partager sur

single_article

Beirut Chants Festival : quinzième anniversaire et le chemin porteur de messages se poursuit

15/11/2022|Nelly Helou

En ouverture de la rencontre une vidéo a retracé dans un bref documentaire les éditions douloureuses et poignantes de la période charnière qui a fait suite à l’explosion du port de Beyrouth le 4 aôut 2020, tout en mettant l’accent sur l’importance de ce Festival lieu de rencontre de sérénité de dialogue à travers la musique et les chants.  

 

Dans une allocution d’accueil Mme Micheline Abi Samra, fondatrice et présidente de ce Festival affirme : « voilà déjà quinze ans que nous veillons à ce que Beirut Chants tienne bon et surmonte toutes les crises, qu’elles soient financières, sécuritaires ou sanitaires…Nous poursuivons notre chemin porteur d’un message culturel authentique, toujours épaulé par nos parrains, amis et mécènes et toujours tourné vers notre public. Les défis ont été multiples, mais je ne m’y attarderai pas ». 

 

En son nom et celui de l’équipe de BC, elle remercie tous ceux dit-elle, « qui partagent notre amour et notre communion culturelle avec le public du festival, pour vivre des moments de joie, de fêtes et transcender nos moments les plus sombres ». Elle remercie vivement l’effort que les représentants des ambassades étrangères à Beyrouth déploient pour partager l’amour de la musique, avec les musiciens et les chanteurs, et souligne que l’ambassade de Corée se tient au côté du Festival pour la première fois cette année.  « Nous avons hâte d’accueillir des musiciens et artistes coréens et sommes ravis de ce partenariat culturel ».  

 

Un partenariat qui groupe pour cette quinzième édition les ambassades d’Italie, de Suisse, du Brésil, de Slovaquie de la République Tchèque et l’Institut français. Abi Samra exprime sa gratitude envers Camille Saba et son épouse Rona  « qui ont continué à soutenir notre mission depuis l’étranger, eux pour qui le Liban est ancré au cœur ». … Elle souligne : « toute ma reconnaissance à la presse et aux medias  pour leur présence et leur soutien dans la transmission de notre message », et « notre amour et appréciation aux mécènes et amis du festival ». Elle salue le travail accompli par tous les festivals libanais « qui se battent tous et s’accrochent comme nous à cet espoir et cette lumière qu’est la musique » et conclut « Nous sommes une fois de plus au cœur de Beyrouth cette ville 7 fois détruite et 7 fois reconstruite et que nous n’abandonnerons jamais. Et une fois de plus Beyrouth chantera ». 

 

Le directeur artistique : BCF accueillera de grandes figures musicales.  

« Au seuil de la 15ème édition, nous chantons les louanges de Beyrouth, cette ville, qui malgré l’effondrement demeure un espace généreux qui célèbre l’histoire de son immortalité et de sa grandeur en préservant son noble message musical et la célébration de Noel dans une ambiance de paix et de joie », affirme le directeur artistique Toufic Maatouk. Il rappelle qu’au fil des années Beirut Chants a accueilli de célèbres orchestres et les plus grands compositeurs du monde en présence de musiciens libanais pour bien traduire son message d’unité à travers la musique dans une communauté aussi diverse. Et malgré la crise économique BCF est le seul au Liban qui a présenté au public de plus de quarante mille personnes, ses programmes musicaux complètement gratuits depuis 2007 et a offert un espace aux talents émergents et aux nouvelles chorales et orchestres qui par la suite ont participé aux grands évènements du pays.   

 

« Pour sa quinzième édition le festival accueillera de grandes figures de la musique et de l’art » affirme le directeur artistique. En ouverture du festival, le concerto pour piano no 23 de Mozart et le chœur du Magnificat de Bach en coopération avec l’ambassade de Suisse et la participation des membres de l’orchestre philarmonique du Liban, la chorale de l’Université antonine, la chorale Notre-Dame de Louaize, ainsi qu’un groupe de chanteurs libanais et internationaux sous la direction de Toufic Maatouk. En collaboration avec l’ambassade d’Italie, et l’institut culturel italien, le festival accueillera pour la première fois au Liban, le violoniste international Guiseppe Gibboni qui a remporté le concours Paganini. Autre soirée exceptionnelle organisée en collaboration avec l’ambassade de Corée à Beyrouth ou l’on pourra découvrir et applaudir le pianiste international Yekwon Sunwoo qui a remporté le concours Van Cliburn. 

 

« Beirut Chants a le plaisir de vous présenter une soirée insolite avec le jeune musicien Benedikt Kloeckner qui jouera des « suites pour cello » de Bach, souligne père Toufic. « Le public est invité à participer à cette soirée ou l’énergie de la jeunesse traduira le travail acharné de Bach au service de la beauté ». Le festival est de même fier de présenter le pianiste Marian Labszinski en coopération avec l’ambassade de Slovaquie, le violoniste Jaroslav Svicini en coopération avec l’ambassade tchèque, ainsi que le pianiste français Jonathan Fournel qui a remporté le concours Reine Elisabeth, en coopération avec l’Institut français du Liban.  

 

Le directeur artistique profite de l’occasion pour remercier pour leur soutien : l’orchestre philarmonique national et l’Institut national supérieur de musique dirigé par Dr Hiba al-Qawas et son conseil d’administration. Des remerciements sont de même adressés aux chefs de chœurs, aux chœurs, aux solistes et aux chanteurs d’opéra. 

 

Richard Azouri : beirut Chants rejoint El Sistema  

Voulant toujours aller de l’avant, BCF a décidé de lancer au Liban le programme musical d’intégration sociale de renommée mondiale connu sous le nom de « El-Sistema », annonce Richard Azouri directeur du projet DISANT : « C’est avec un grand plaisir et honneur que nous vous annonçons le lancement d’un nouveau projet « Beirut Chants El Sistema ». 

 

El-Sistema a pris forme au Venezuela en 1975, grâce aux efforts du Maestro Jose Antonio Abreu en particulier dans les bidonvilles et s’est répandu depuis dans le monde entier. La méthode s’articule autour de « la pratique en groupe » et « l’apprentissage collectif » de la création musicale comme vecteur de développement social pouvant promouvoir la culture et rapprocher les communautés. 

 

Azouri explique : « notre objectif au Liban est de rechercher et faire progresser les talents musicaux des jeunes défavorisés de tous horizons à travers l’apprentissage musical collectif en vue de créer un orchestre symphonique complet et une chorale d’une centaine de jeunes entre 8 et 15 ans, provenant de communautés, de milieu social et régional divers. Ces jeunes seront instruits par des musiciens professionnels eux-mêmes vivant en grande difficulté dans notre économie effondrée, et pourront se produire dans Beirut Chants et autre évènements culturels ».   

 

Richard Azouri exprime la profonde gratitude de BC envers l’ambassade des Etats Unis au Liban et surtout l’ambassadrice Dorothy Shea « pour avoir cru en notre projet ». El-Sistema Liban débutera d’ici trois mois à Beyrouth, Saida et Tripoli et s’étendra ensuite à toutes les régions du pays. Les écoles, les communautés, les ONG et toutes les parties intéressées sont invités à collaborer ensemble pour la réussite de cette louable initiative. 

 

« Nous espérons unifier les communautés et sensibiliser les jeunes à la puissance de l’effort commun, les pousser à apprécier la pureté de la musique classique et à témoigner de l’impact positif de la collaboration pour surmonter les différences socio-économiques, religieuses, ethniques et culturelles »  conclut Azouri.   

 

A savoir

www.beirutchants.com

Facebook : @Beirut Chants

Instagram : @beirutchants

thumbnail-0
thumbnail-0

ARTICLES SIMILAIRES

Depuis 1994, l’Agenda Culturel est la source d’information culturelle au Liban.

© 2024 Agenda Culturel. Tous droits réservés.

Conçu et développé parN IDEA

robert matta logo