ArticlesEvénements
Aujourd'huiCette semaineCe weekend

Pour ne rien manquer de l'actualité culturelle, abonnez-vous à notre newsletter

thumbnail-0

Retour

Partager sur

single_article

"Angham Wa Aflam": Un florilège de chansons arabes classiques

31/05/2023

A la note du Maestro, répond la lettre de l’alphabet de Ana Aqra, tout autant essentielle, tout aussi primordiale. Bénéficiaire de la totalité des subsides de ce concert, Ana Aqra est une ONG fondée en 1994, qui se dédie au soutien des écoles publiques libanaises, de leurs élèves et de leur corps enseignant. 

 

L’impact en chiffres de l’action de Ana Aqra, que vous pourrez découvrir en scannant le QR Code en bas de page, est la réponse à la question du miracle libanais qui se formule comme suivant. Comment ? Malgré tout l’effondrement auquel nous assistons, le Liban continue à créer, à innover et à briller ?

 

La réponse est certainement dans l’engagement de citoyens de bonne volonté, qui œuvrent infatigablement sur le terrain, avec une créativité et un sens de l’adaptation uniques. 

 

Ici-Beyrouth a rencontré la présidente de Ana Aqra, Loubna Khalil et sa directrice exécutive Lara Alameddine, pour en savoir plus sur l’action de cette remarquable association.

 

Loubna Khalil, vous êtes la présidente actuelle de Ana Aqra

Qui est Ana Aqra et comment s’expriment sa mission et sa vision ?

L.K: L'association Ana Aqra est une association libanaise à but non lucratif, non confessionnelle et non politique qui œuvre au profit des enfants vulnérables, âgés de trois à quatorze ans, qui fréquentent les écoles libanaises, ainsi que leurs parents, enseignants et administrateurs scolaires. 

 

Elle a été fondée en 1994 sous l’impulsion de Yildiz Diab, Amal Saeb, Thérèse Rayess, Saleh Farroukh et Nayla Nader, rejoints plus tard par plusieurs membres du bord. Tous croient au pouvoir transformateur de la lecture sur le destin des êtres, notamment des enfants. En créant l’association Iqra’, auh=jourdhui connue sous le nom d’Ana Aqra, il fallait ainsi étendre la lecture au plus grand nombre d’enfants possible.

 

Ainsi la première mission de cette association fut d’implanter des bibliothèques dans les salles de classe des écoles publiques pour mettre le livre à portée de main. Une multitude d’activités furent ensuite créées autour du livre pour provoquer une émulation, comme des concours d’écriture d’histoires à partir d’une lecture, des expositions de leurs travaux jusqu’à Londres, des élections conviviales des meilleurs directeur d’établissement ou de professeur. 

Bien évidemment, au fil des ans et presque trente ans après sa création, la mission d’Ana Aqra s’est largement développée. Ana Aqra fournit aujourd’hui un soutien pédagogique, financier et logistique indispensable pour aider les écoles publiques, notamment après les multiples crises que le Liban a connues.

 

Lara Alameddine, vous êtes la directrice exécutive de Ana Aqra, pouvez-vous nous parler de la structure, de la vision et de l’impact sur le terrain de l’association ?

L.A : C’était un réel défi de prendre la relève de Mme Rima Mussallam qui, avec l’aide d’un comité de personnes toutes exceptionnelles, dynamiques et engagées avait fait de cette association un diamant avec un potentiel illimité. En effet, la mission d’Ana Aqra ne se borne pas à étayer un système fragile, mais à le développer pour le mettre au niveau des standards internationaux d’une éducation équitable et de qualité, et donner ainsi accès aux enfants libanais à toutes les avancées pédagogiques internationales.

 

Durant les cinq dernières années, Ana Aqra a implanté ses programmes dans les écoles publiques et les centres communautaires sur tout le territoire libanais, faisant directement bénéficier 53,327 apprenants, 18,630 parents, et 2,132 enseignants. En parallèle, Ana Aqra dispense des programmes pour l’éducation non formelle au sein de différents centres situé dans le nord du pays, Akkar, Bekaa, et Baalbeck. Une équipe de cent-vingt intervenants dont quatre-vingts fixes, quarante contractuels et quinze volontaires contribuent au succès de cette association. Ana Aqra intègre aujourd’hui les « compétences de la vie » (life skills) à ses programmes éducatifs afin que les apprenants puissent faire face aux nouveaux défis de la vie.

 

L’expertise d’Ana Aqra réside le développement de l’approche QTL (Quality Teaching and Learning) qui a été approuvé et avalisé par le Ministère de l’Education, le Centre de Recherche et de Développement Pédagogiques (CRDP), et l’Université Libanaise. Ana Aqra a également développé des guides de formation sur le bien-être psychosocial ainsi que d’outils destinés aux apprenants et aux enseignants et qui ont été digitalisés afin d’intégrer les plateformes du CRDP. De multiples kits ont aussi été développés pour accélérer la lecture de l’arabe et améliorer l’éducation à la petite enfance ainsi que l’engagement des parents en les faisant participer à des activités pédagogiques à travers l’usage de kits qui ont été mis à leur disposition au sein des foyers.

 

Différents partenaires aident Ana Aqra à offrir des projets éducatifs durables. La qualité du travail fourni par Ana Aqra, ainsi que l’usage de pratiques basées sur des données probantes continuent d’attirer de nouveaux donateurs et de nouveaux partenariats.

 

Nous continuerons à collaborer avec toutes les parties prenantes afin que nos communautés s'épanouissent à l'intérieur et autour des écoles publiques et dans le cadre de valeurs communes que sont l'attention, l'espoir, le respect, l'humilité, la résilience, l'agilité, la transparence et surtout l'équité dans l'éducation.

 

Une dernière question Loubna Khalil. La Fondation Saadallah et Loubna Khalil sponsorise ANGHAM WA AFLAM. Pourquoi avez-vous jugé utile de financer un concert de levée de fonds plutôt que de faire une donation directe à Ana Aqra ? 

L.K : La Fondation Saadallah et Loubna Khalil a une mission de mécénat. En sponsorisant ce concert de levée de fonds, la fondation démultiplie les effets d’une donation directe. Cette approche est pertinente car tout en créant une opportunité pour les artistes d’exercer leur talent, elle assure du travail aux métiers périphériques du spectacle. De plus, en faisant appel à nos plus grands artistes, elle nourrit la scène culturelle avec une offre de qualité et assure un moment de joie et de bonne humeur à nos concitoyens.

 

Enfin, c’est l’occasion d’apporter de la visibilité à l’action de Ana Aqra et appeler à une solidarité plus large pour son action sociale à travers la levée de fonds. Pour cela nous remercions Ici-Beyrouth.

 

Vous pouvez soutenir l’association en achetant vos billets auprès de la Librairie Antoine. 

ANGHAM WA AFLAM. 27 JUIN 2023, 8h30 Pile. Casino du Liban. Salle des Ambassadeurs.

 

Par Joelle Hajjar 

Cet article a été originalement publié sur le site Ici Beyrouth

 

Pour soutenir l'association et pour plus de détails, cliquez ici

 

thumbnail-0
thumbnail-0

ARTICLES SIMILAIRES

Depuis 1994, l’Agenda Culturel est la source d’information culturelle au Liban.

© 2024 Agenda Culturel. Tous droits réservés.

Conçu et développé parN IDEA

robert matta logo