ArticlesEvénements
Aujourd'huiCette semaineCe weekend

Pour ne rien manquer de l'actualité culturelle, abonnez-vous à notre newsletter

thumbnail-0

Retour

Partager sur

single_article

Edito AC 576 : Bahjat Rizk

22/01/2019|Bahjat Rizk

Le culturel et le politique

De plus en plus, il faudrait se rendre à l’évidence dans un univers mondialisé, que depuis le début de l’Histoire humaine (3 000 ans av J.C), c’est le culturel qui fonde le politique. Celui-ci n’est là que pour le concrétiser. Le culturel structure l’identité dans ses différents paramètres. Le compromis culturel est la condition préalable et indispensable, au compromis politique, seul garant de la stabilité civile, à l’intérieur ou entre nations.

Le tort que nous commettons, c’est de les séparer, laissant la possibilité au politique de détourner le culturel, de l’idéologiser, de l’instrumentaliser à ses fins propres. C’est le meilleur moyen de mobiliser car les politiques, de bonne ou de mauvaise foi, décident pour nous, jouent sur notre instinct de survie en touchant nos valeurs essentielles.

Le culturel touche l’affectif en nous et notre inconscient collectif, qu’il s’agisse de la religion, de la langue, de la race et des moeurs (paramètres d’Hérodote). Nous nous construisons à travers lui. Nos spécificités culturelles ne doivent pas devenir conflictuelles mais un prélude à notre humanité commune et à un idéal humaniste universel. Comment atteindre cet équilibre entre le souci vital de nos revendications légitimes et le respect des valeurs d’autrui, sans sacrifier ou méconnaître l’un ou l’autre ?

Le culturel ne se réduit pas uniquement au social ou à l’événementiel. Il reflète une société vivante, son mode de vie, sa communication, ses libertés individuelles et collectives. Il ne saurait être une expression individualiste détachée, ni une contrainte collectiviste, imposée par la terreur ou verrouillée.

Il faudrait apprendre à concilier le libre arbitre individuel et la cohésion sociale car un être humain ne peut s’épanouir qu’en négociant au mieux, ces deux dimensions de son appartenance.
Ce n’est jamais un état statique ou définitif mais un processus à la fois d’affirmation et de compréhension, dont le but ultime est la reconnaissance des différentes cultures et la préservation des vies humaines.


...

Bahjat Rizk
Avocat, écrivain, attaché culturel à la délégation du Liban auprès de l’Unesco

AC 576 : Edition papier du 16 au 29 janvier 2019
 

thumbnail-0
thumbnail-0

ARTICLES SIMILAIRES

Depuis 1994, l’Agenda Culturel est la source d’information culturelle au Liban.

© 2024 Agenda Culturel. Tous droits réservés.

Conçu et développé parN IDEA

robert matta logo