Fil Info
10ème édition du « Choix Goncourt de l’Orient » : Le prix est décerné à « S’adapter » de Clara Dupond-Monod
Home Top (1440 x 150px)

Pour ne rien manquer de l'actualité culturelle, abonnez-vous à notre newsletter

Nuits!

Musique

COMPOSITEURMUSIQUE
11/05/2020|Zeina Saleh Kayali

Apaisante, sereine, terrifiante, sensuelle ou angoissante voici la nuit ou plutôt voici les nuits... En musique elles sont présentes sous leurs différentes formes et la nuit a même donné lieu à un genre musical à part entière, le nocturne. Ce petit florilège qui, (comme d'habitude!) se décline chronologiquement, vous donnera, en huit extraits (comme d'habitude!) un aperçu de la façon dont les compositeurs de différentes époques ont abordé ce thème mystérieux, qui disons-le fait toujours un peu peur aux humains.

1- Roland de Lassus (1532-1594) la nuit froide et sombre pour choeur à quatre voix mixtes a cappella.

Nous commençons par la sinistrose absolue! Mais comment ne pas vous faire découvrir cette pièce, splendide, joyau de la polyphonie de la Renaissance dont Roland de Lassus (que l'on connaît aussi sous le nom d'Orlando di Lasso) est l'un des plus dignes représentants ? 

2- Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791), l'air de la reine de la nuit (extrait de La Flûte enchantée).

Ici la nuit représente l'ignorance et l'obscurantisme face à la lumière qui incarne la connaissance et l'initiation à la vérité, puisque nous sommes dans une thématique maçonnique, chère à Mozart. La méchante reine de la nuit essaye de manipuler sa fille Pamina et, n'y réussissant pas, pique une crise de colère chantante qui monte jusqu'à des notes aigues exigeant une technique de soprano colorature très solide. 

 

3- Frédéric Chopin (1810-1849) Nocturne en ut mineur.

Chopin a écrit 21 Nocturnes (étymologiquement "une musique pour la nuit") et a énormément contribué à populariser cette forme musicale propre au romantisme. La pièce repose sur un mouvement lent, une expression pathétique (n'oublions pas que le héros romantique se doit d'être malheureux, la nuit étant propice à l'épanouissement de ses angoisses...). L'oeuvre contient également divers ornements mélodiques et une partie centrale accélérée voire agitée. 

 

4- Johannes Brahms (1833-1897) Berceuse.

Certains considèrent la musique de Brahms comme la quintessence de la lourdeur germanique. C'est profondément injuste et ce compositeur est capable d'une immense délicatesse comme vous le constaterez en écoutant cette berceuse. Beaucoup de l'oeuvre de Brahms reste encore à découvrir, notamment ses oeuvres chorales avec piano ou harpe qui sont peu interprétées et qui valent vraiment le détour! 

 

6- Jules Massenet (1842-1912) Nuit d'Espagne. 

En Europe, on appelle Massenet "le Verdi français", sauf que les Français, ne sont pas au courant qu'ils ont un Verdi! Car en effet nul n'est compositeur en son pays et les opéras de Massenet sont beaucoup plus joués en Europe, en général, et plus particulièrement en Angleterre plutôt qu'en France qui ignore poliment l'immense oeuvre lyrique de ce génie. Exception faite de Manon et Werther que l'on entend assez régulièrement. 

 

5- Claude Debussy (1862-1918) Nuit d'étoiles.

Voici l'exemple parfait de ce que l'on appelle le genre de la mélodie française. C'est une pièce pour voix et piano (parfois orchestre) où le texte (en général poétique) a une importance prépondérante. Ici un poème de Théodore de Banville mis en musique par un tout jeune Claude Debussy. Il n'a pas vingt ans quand il compose Nuits d'étoiles qui est sa première oeuvre éditée. 

 

7- Arnold Schoenberg (1874-1951) La Nuit transfigurée.

Bien que Schoenberg soit le père du dodécaphonisme, qu'il ait cherché à affranchir la musique de la tonalité et qu'il soit considéré comme l'un des pères de la musique du 20e siècle, cette oeuvre est encore de facture extrêmement romantique (on pourrait dire "dix neuviémiste"!)  et on y retrouve très nettement l'influence de Brahms et Wagner. Avec Alban Berg et Anton Webern, Arnold Schoenberg a fondé ce que l'on appelle "la seconde école de Vienne" en référence à la "première école de Vienne" qui désigne les compositeurs Haydn, Mozart, Beethoven et Schubert. 

 

8- Frank Sinatra (1915-1998)  Strangers in the night.

Et revoilà notre Frank Sinatra dans un de ses plus grands succès planétaires! Il paraît qu'il détestait cette chanson qui pourtant le représente totalement et qu'il n'a jamais cessé de chanter à toutes les étapes de sa carrière. Composée en 1966 par Bert Kaempfert, l'histoire de ces deux étrangers qui, en une nuit se rencontrent et s'aiment comme une évidence, n'a pas fini de nous attendrir !  

 

Articles Similaires

Article side1 (square shape or rectangular where the height is bigger than the width)
Article side2 (square shape or rectangular where the height is bigger than the width)