Musique et patrimoine : l’Abbaye de Saint-Pé-de-Bigorre

Musique

CONCERT
23/03/2020|Zeina Saleh Kayali

Quelques jours avant le confinement général dû au Coronavirus, une jeune association, Authenticité & Mission, avait organisé à Boulogne Billancourt, à côté de Paris, un concert et un dîner de gala au profit d’une cause pas comme les autres.  De quoi s’agit-il exactement ? 

 

Authenticité & Mission, sous l’impulsion de son fondateur Monseigneur Maroun Nasser Gemayel, Evêque maronite de France (et immense mélomane !), lance un défi spectaculaire et ambitieux : réhabiliter l’abbaye de Saint-Pé-de- Bigorre à côté de Lourdes et en faire, sous le nom de Maison Maronite de la Mère de la Miséricorde, un haut lieu de vie culturelle, spirituelle et agricole. 

 

Cette abbaye bénédictine qui célébrera bientôt ses mille ans, fut fondée en1022 par des moines appartenant à l'ordre de Cluny. Sa situation privilégiée sur le chemin de Saint Jacques de Compostelle lui donne rapidement une grande importance et elle devient une étape incontournable pour les pèlerins. D’ailleurs, au 12e siècle des travaux d’agrandissement pour augmenter sa capacité d’accueil, ont lieu dans l’église abbatiale dédiée à Saints Pierre et Paul. Après avoir eu à souffrir des guerres de religion et d’un tremblement de terre aux 16e et 17e siècles, le monastère est reconstruit à une plus modeste échelle entre 1676 et 1681.

 

Bien sûr, c’est un projet de très longue haleine et qui nécessite de nombreux moyens. « C’est un projet pour les 50 ans à venir » dit Monseigneur Gemayel, passionné de patrimoine et d’Histoire et qui estime impératif de faire rayonner la culture, d’être dans la transmission et surtout d’aider les Libanais de France à « garder leur identité ». Ce lieu sera également un carrefour d’échange, de dialogue de civilisations et de cultures. Monseigneur Gemayel y tient absolument car son souci permanent est de pouvoir offrir aux jeunes générations des structures adaptées à l’éducation, à l’enracinement et à l’initiation aux vraies valeurs. 

 

Mais revenons au concert. Cet intense moment musical rassemblait la fine fleur du chant lyrique, interprètes tous placés sous la direction artistique de Micaëla Mingheras Couture, soprano de l’opéra de Paris et « découvreuse » de talents libanais. Marie-José Matar, soprano, Bechara Moufarrej, ténor, Michel Bou Rujeily, contre-ténor, Stefan Ignat, basse et directeur de l’opéra de Bucarest ainsi que Micaëla Mingheras Couture, soprano, accompagnés au piano par Corinne Durous, chef de chant à l’opéra de Paris, ont alterné dans des airs et des duos d’opéra anglais, italien et français allant du baroque au romantique, sans oublier le classique : Purcell, Haendel, Mozart, Bizet, Gounod, Offenbach, Verdi, Puccini.

 

Après le récital et avant le dîner de gala, le public pouvait découvrir « le passé, le présent et l’avenir de l’abbaye » comme le dit si bien Roger Abi Jaber, vice-président d’Authenticité & Mission, grâce à l’exposition préparée par l’architecte du projet, Gilles Debs, sous la Direction de Michel Rahmé, directeur du projet et secrétaire général de l’association.

 

Extraordinaire aventure qui réunira « les deux poumons de l’Eglise, l’oriental et l’occidental », comme aimait à dire le pape Jean-Paul II, le projet de réhabilitation de l’abbaye de Saint-Pé-de-Bigorre mérite que l’on s’y attarde et que chacun selon ses possibilités et ses moyens, en tant que bénévole ou donateur, lui apporte soutien et visibilité.

 

https://www.saintpe.fr

Articles Similaires