Home Top (1440 x 150px)

Pour ne rien manquer de l'actualité culturelle, abonnez-vous à notre newsletter

Éthique et conformité

Divers

16/12/2019|Zeina Saleh Kayali

Face à la demande d’éthique, la « compliance » (conformité) est-elle un levier efficace de restauration de la confiance ? C’est à cette question que tentait de répondre un panel de très haut niveau organisé par la Chambre de commerce franco-libanaise à Paris, dont le secrétaire général Farid Aractingi précise : « L’enjeu de la conférence est de relire les règles, recommandations et meilleures pratiques de la conformité à la lumière des événements que traverse le Liban depuis le 17 octobre, pour répondre à l’attente des parties prenantes ».

 

Le débat réunissait Ibrahim Wardé, professeur associé à la Fletcher School of Law and Diplomacy de Tufts University (Boston), Christian Dargham, avocat spécialisé en anticorruption et Michel Ferrand, avocat d’affaires spécialisé dans le Moyen-Orient. « Question cruciale que celle de l’exigence de l’éthique », affirme M. Rami Adwan, Ambassadeur du Liban en France, dans son introduction, en rappelant que la France se mobilise pour venir en aide à notre pays.

 

Michel Ferrand commence par définir la notion de l’éthique qui, depuis l’antiquité (code de Hamourabi et 10 commandements) régit la vie des hommes. Il pose la question de son utilité dans les entreprises qui l’appliquent et se demande comment elle pourrait être transposable dans le cadre d’un pays comme le Liban. 

 

Christian Dargham enchaîne en précisant que l’application de la conformité peut être vécue comme contraignante car souvent soumise à un lourd formalisme. Il constate une évolution culturelle chez ses clients à ce sujet. Ce qui était considéré comme « normal » il y a une vingtaine d’années en France (pots de vin, recrutement de proches, cadeaux) est aujourd’hui répréhensible et nombre d’investisseurs regarderont l’éthique d’une société avant de s’y aventurer.

 

Ibrahim Wardé prend alors la parole pour dire qu’il n’est pas aisé de définir ce concept de conformité, finalement assez complexe. Il relève avec humour les contradictions qui peuvent parfois exister dans la société américaine, laquelle oscille entre puritanisme offensé et tricherie évidente. Il ne peut également s’empêcher de constater que plus des politiciens sont corrompus, plus ils jettent l’anathème contre la corruption (moyen, en général, de s’attaquer à leurs ennemis politiques). Il donne quelques exemples concrets, notamment celui de la société Abraaj à Dubai, dont le dirigeant, apparemment au-dessus de tout soupçon, utilisait l’argent de fonds de pension à d’autres fins beaucoup moins nobles. 

 

Les trois panelistes sont en tout cas d’accord sur un point : qu’il s’agisse de l’entreprise ou de l’état, en matière d’éthique ce sont les actes qui comptent et l’exemple vient de haut. C’est ce que Michel Ferrand appelle « le phénomène du ruissellement ». Rien ne sert de sermonner un fonctionnaire corrompu si son ministre l’est tout autant. En revanche si à la tête d’une entreprise ou d’un état, l’on se montre irréprochable, le reste suivra naturellement. Pour cela, Christian Dargham préconise quelques mesures à prendre : l’indépendance de la justice, le conflit d’intérêt entre le monde politique et celui des affaires, la levée du secret bancaire, mais aussi et surtout un travail fondamental à effectuer pour changer les mentalités. L’éthique serait-elle une question de culture ? Est-on plus éthique en Scandinavie qu’au Moyen-Orient ? La question reste posée et le débat ouvert…

Articles Similaires

Article side1 (square shape or rectangular where the height is bigger than the width)
Article side2 (square shape or rectangular where the height is bigger than the width)