Home Top (1440 x 150px)

Pour ne rien manquer de l'actualité culturelle, abonnez-vous à notre newsletter

Des femmes, des hommes et du cœur : Cynthia Asmar

Associations

RENCONTREINITIATIVE
17/06/2020|Nelly Helou

Le tissu social du Liban a toujours été soutenu par des associations créées le plus souvent sur des initiatives personnelles et relevant du secteur privé. Dans ces moments où la solidarité est le maitre mot pour surmonter les grandes difficultés que traverse le pays, le rôle de ces femmes et de ces hommes est d’autant plus renforcé, important, admirable et tellement indispensable au quotidien. 

 

L’Agenda Culturel vous présente ces associations et les personnes qui leur donnent vie. 

 

 

Cynthia ASMAR Fondatrice et Présidente 

Association Beity Ana Baytak – Baabda

 

Cynthia Asmar : Beity Ana Baytak : « un centre d’accueil convivial et chaleureux » 

Cynthia Asmar, jeune femme pleine de vie, et de dynamisme a réussi à réaliser un projet qui lui tenait à cœur depuis longtemps. Fonder non simplement un resto du cœur pour offrir des repas chauds aux personnes dans le besoin, mais créer en même temps un centre d’accueil convivial et chaleureux, un havre de paix et de rencontres pour les personnes seules. De façon providentielle une âme généreuse l’ayant entendu  évoquer ce projet lui dit : « trouve la maison et je me charge du loyer ». En parfaite citoyenne attachée à sa localité, elle réussit à trouver au cœur de Baabda une maison typiquement libanaise pour y créer ce centre d’accueil qu’elle aménage avec beaucoup d’amour, secondée d’un noyau de volontaires. Un vrai foyer formé d’une salle de séjour confortable, une salle à manger où tout est présenté avec grand soin, la cuisine, un jardin… C’est ainsi qu’est né « Beity Ana Beytak », une ONG légalement inscrite.

 

Cynthia confie qu’elle a toujours été sensibilisée aux problèmes sociaux. Dans le scoutisme, puis comme journaliste et enfin en tant que membre du Conseil municipal de Baabda. Diplômée de l’Université libanaise elle a travaillé à la télé dès la première année de ses études universitaires longtemps à la New TV, puis quatre ans à Télé Liban où la direction rénovait les studios et les régies. « On m’a confié la responsabilité de toute la production et j’ai aussi donné un programme matinal « Sabah Libnen ». « Le journalisme dit- elle  nous met en contact avec les gens, leurs problèmes, leurs souffrances et épreuves ». Elle a quitté le journalisme il y a trois ans. Elle a à son actif aussi sept années d’enseignement à l’Université Antonine. 

 

Epouse et mère de deux enfants (Christian 17ans et Chiara 7ans) elle arrive à cumuler ses tâches avec un sens pointu des responsabilités et la recherche de la perfection. En dépit des difficultés de parcours qui se sont aggravées avec l’épidémie de Corona et les problèmes financiers auxquels le Liban est confronté elle met son énergie à maintenir le cap à Beiti Ana Beytak. Au-delà de son sourire, de l’amabilité de son accueil de son caractère optimiste elle confie qu’il y a en elle une angoisse permanente de ne pas pouvoir continuer de répondre à l’attente des gens et ajoute « mais je ne suis pas du genre qui capitule et quoi qu’il arrive il faut toujours trouver une solution, une fenêtre et la providence y veille ». 

 

Quelle est la mission de votre association ? 

Beity ana Baytak est une association caritative, qui a débuté son engagement social depuis décembre 2019. Elle a pour mission de venir en aide aux familles les plus démunies et les aider à survivre en toute dignité en leur offrant des plats chauds au quotidien et des denrées alimentaires qui arrivent jusqu’à chez eux dans la plus grande discrétion. 

 

Avant l’épidémie de la Covid– 19, on recevait ces personnes dans notre local qui se situe au cœur même de Baabda. Elles venaient partager de bons moments chaleureux autour d’un café ou devant la télé juste avant de passer à table. En quittant, elles prenaient avec elles leur repas pour le soir ou le lendemain. 

 

Mais avec la pandémie, on a été obligés de les servir à la porte du local d’où elles emportent dans des Tupperware leur repas chaud avec salade, dessert et du pain. 

On a déjà distribué plus de 1440 plats chauds durant le mois d’Avril et 1650 durant le mois de mai. 

Notre objectif est de pouvoir couvrir le plus grand nombre de familles dans le besoin. Ce nombre augmente de jour en jour. 

180 familles attendent leurs plats pour pouvoir survivre, beaucoup de personnes âgées et d’enfants dépendent de notre générosité, persévérance et amour du partage. 

 

Qu’est-ce qui vous a motivée au niveau personnel pour entreprendre cette initiative ? 

C’est un projet que je souhaitais réaliser depuis que je faisais mes études scolaires en France, où les Restos du Cœur de Coluche ont marqué mon adolescence. De retour au Liban, la guerre avait pris fin mais la détresse sociale était présente malgré la persévérance et l’héroïsme du peuple libanais. Grâce à mon esprit de Scout et un engagement pendant plus de 17 ans, j’ai toujours eu le sens de la responsabilité envers toute personne dans le besoin à tout point de vue. L’éducation à la maison a joué un très grand rôle aussi au niveau de l’action sociale et de la générosité. L’idée de créer un resto du Cœur a été aussi inspirée par l’action remarquable de feu le Président Charles Hélou qui avait fondé les Restos du Cœur au Liban. 

 

Après de longues années en tant que présentatrice et productrice de programmes télévisés dans les médias libanais, le contact direct avec les problèmes sociaux et financiers m’a beaucoup marquée. Être journaliste c’est aussi un message. Je me suis trouvée dans l’obligation de prendre les choses en mains et d’entreprendre cette initiative qui attendait depuis des années de voir le jour. 

 

De plus, en tant qu’élue municipale à Baabda, j’ai pu partager les difficultés des familles et connaitre leurs besoins 

 

Qu’est ce qui a été le plus dur pour vous au début de cette aventure ? 

Le plus dur c’était d’inciter les gens à venir déjeuner chez nous, beaucoup d’entre eux n’admettent pas ce genre de service gratuit. L’approche des gens était primordiale pour moi. 

Comment les inviter…. Quoi leur dire…comment le dire …. 

Surtout en préservant leur dignité et la discrétion de l’approche. 

Heureusement la confiance était là, que ce soit pour les familles à aider ou au niveau des donateurs qui ont cru en nous et en notre mission pour venir en aide à ce projet humanitaire. 

 

Comment entrez-vous en contact avec les personnes ou les familles que vous aidez ? 

On fait une petite recherche sociale, on les appelle et on les invite à se joindre aux familles qui bénéficient de nos services. 

 

Quel est le profil de ceux qui vous assistent au quotidien ? Des employés ? Des bénévoles ? Des professionnels ? 

Tous les membres de l’équipe de notre association sont des bénévoles, qui offrent leur temps, leur expérience, et le font avec beaucoup d’amour et de dévouement. On a une trentaine de dames et de jeunes gens qui cuisinent, s’occupent de la maison, du menu, de la qualité de la nourriture etc…et une autre équipe qui a pour tâche de distribuer les portions alimentaires à domiciles. 

 

Comment êtes-vous financés ? 

Beity ana Beytak est une association indépendante qui compte surtout sur les initiatives personnelles d’individus généreux qui croient en notre mission et nous soutiennent financièrement. Nous comptons aussi sur sur toutes donations en liquide ou en denrées alimentaires qui nous arrivent de temps à autres de personnes qui aiment aider 

 

Quels sont vos plus grands défis 

Pouvoir assurer une bonne continuation de notre mission, pouvoir être à la hauteur des attentes des gens dans le besoin et ne jamais les décevoir car ils comptent vraiment sur nous 

 

Comment voyez-vous le futur ?

Franchement ?? Difficile …. Mais je suis une personne optimiste, je garde toujours une lueur d’espoir. 

 

Quel message vous aimeriez envoyer à nos lecteurs 

Solidarité, partage et humanité …. Sont les maitres mots de cette période critique que nous essayons main dans la main de surmonter. 

Soyons nombreux à nous entraider pour aboutir à un Liban meilleur. 

 

Comment peut-on aider ? 

 

Nom de l’associationBEITY ANA BAYTAK 
Adresse et num de téléphone

Baabda en face de l’église Saint Abda et Phocas

70-061388  

Facebook@baytiAnaBaytak
InstagramBeityanabaytak
Plateforme de donation Déposer des denrées alimentaires ou des donations en liquide au local de l’association à Baabda chaque mardi et jeudi entre 11h et 14h 
IBAN et détails bancaires

Numéro de compte : 018 0013000180283020 

IBAN (LBP):LB96 0052 0018 0013 0001 8028 3020 

Nom de la Banque: IBL BANK Cynthia Asmar 

 

 

 

 

Articles Similaires

Article side1 (square shape or rectangular where the height is bigger than the width)
Article side2 (square shape or rectangular where the height is bigger than the width)