Home Top (1440 x 150px)

Pour ne rien manquer de l'actualité culturelle, abonnez-vous à notre newsletter

Confessions en temps de Corona : Belinda Ibrahim

Confessions

RENCONTRE
19/03/2020

Dans ces moments inédits de confinement mondial, l’Agenda Culturel va à la rencontre d’artistes et d’acteurs culturels de la scène libanaise pour écouter leur ressenti en ces temps de Corona.

 

Belinda Ibrahim : Éditrice, journaliste, auteure.

 

Pensez-vous que cette situation va amener à un changement ? Et si oui, comment ?

Cette situation devrait apporter un changement radical dans le comportement de l’humanité qui devrait assimiler, une fois ce fléau passé, cette leçon magistrale, à savoir qu’elle est loin d’être toute-puissante et d’avoir le droit de martyriser la Planète et ses autres habitants en toute impunité. La terre a besoin de respirer, elle est arrivée au point de l’asphyxie et elle nous donne un avertissement. J’espère de tout cœur que cette épreuve sera comprise ainsi, sinon nous courrons à la perte irrémédiable de notre espèce.

 

De quoi est fait votre quotidien en temps de confinement ?

Mon quotidien n’a pas énormément changé. J’ai toujours travaillé depuis chez moi et je ne suis pas friande de sociabilités. Je vis assez « confinée » en temps normal dans mon « ermitage ». J’ai toujours beaucoup à faire : m’occuper au réveil de mon petit chiot, désinfecter le peu de choses qui sont en contact avec l’extérieur, parler avec mes proches qui se sentent seuls, écrire, lire, peindre, écouter les nouvelles rapidement, histoire de faire le point sur la situation sanitaire mondiale et locale, et surtout voir un bon film par jour pour ne pas me laisser envahir par la panique ambiante. Maintenir ma bulle protégée de toute toxicité.

 

Des petits bonheurs simples d’une vie active, qu’est-ce qui vous manque le plus ?

Les moments passés avec mon cercle proche familial et amical. Le coiffeur juste parce que le shampoing/brushing est la seule coquetterie que je m’autorise, surtout par paresse, mais aussi parce que le shampoing, chez lui, est une séance de massage/relaxation. Et comme il est tout près, c’était un plaisir simple et idéal sur tous les plans. À part cela, l’idée ne pas pouvoir prendre l’avion, même si je n’avais pas de voyage de prévu avant juin et que j’espère de tout cœur que d’ici là, l’Italie serait visitable sans danger. C’est en terre italienne que je me ressource une fois l’an.

 

Qu’est-ce qui ne vous manque pas ? 

Le bruit du monde. Je milite pour une « vie piétonne ». J’ai horreur des voitures et de toutes sortes de machines bruyantes. Ce silence imposé est une bénédiction.
 

Pour tromper l’ennui que suggérez-vous à nos lecteurs comme : 

LIVRE : « En vérité » de Yves Gaudin qui est le dernier ouvrage que j’ai lu. Un polar très différent de l’idée que l’on se fait d’un roman de série noire. Je ne sais pas si l’ouvrage est disponible au Liban.

 

ŒUVRE MUSICALE : Réécoutez les chansons de notre adolescence, ça nous renvoie à l’essentiel. À ce moment si précieux où nous étions encore immunisés contre la folie des hommes. À l’âge où un simple slow nous faisait rêver…

 

VISITE VIRTUELLE SUR LE NET : Visiter le Louvre, le Musée du Quai Branly, et d’autres spécialement mis en ligne pour divertir les citoyens confinés chez eux. Également, traquer sur Google les initiatives spontanées des Italiens, que ce soient des ténors célèbres comme Maurizio Marchini, ou celles des habitants d’un même quartier qui chantent depuis leurs balcons et être contaminé par leur pulsion de vie ! Sinon l’Opéra de Paris propose un programme dense en ligne pour « alléger le confinement » …

 

AUTRE CHOSE ? Tenez un journal de votre quarantaine. Il serait bon d’y revenir dessus lorsque la déferlante sera passée, histoire de garder ce que cette expérience a fait de vous.

 

Un mot d’encouragement

Je cautionne ces sages paroles attribuées au Premier ministre italien : « Les générations d’avant sont parties faire la guerre, on demande à votre génération de rester à la maison. Ce n’est pas un grand sacrifice »

 

Vos projets : 

Un livre à quatre mains. Une toile que je travaille par touches sur quarante jours.

Articles Similaires

Article side1 top (square shape or rectangular where the height is bigger than the width)
Article side2 down (square shape or rectangular where the height is bigger than the width)