ArticlesEvénements
Aujourd'huiCette semaineCe weekend

Pour ne rien manquer de l'actualité culturelle, abonnez-vous à notre newsletter

thumbnail-0

Retour

Partager sur

TARIK KISWANSON

Art

Du 22/03/2022 à 19:00 jusqu'au 13/08/2022 à 19:00

« On l’oublie souvent, mais l'histoire s'inscrit dans le corps et la plupart des œuvres de Tarik Kiswanson nous présentent à leur tour à des états de corps. Nous y devinons des fils invisibles menaçant à tout instant de rompre au gré des accidents de l’histoire. Ils sont les traces d'une mémoire vive, d'une mémoire du corps. […] Les œuvres de Tarik Kiswanson font revenir les strates du passé à la surface du présent. Un élan pour saisir l’instant, toujours informé par la mémoire et lié au contexte où il s'inscrit. Une pensée des relations entre l’intime et l'espace que nous avons en commun ». Jean-Marc Prevost

 

La Galerie Sfeir-Semler a le plaisir d'annoncer la représentation de Tarik Kiswanson, et le vernissage de sa première exposition personnelle à Beyrouth le mardi 22 mars 2022, de 19h à 21h.

 

Kiswanson est né en 1986 dans la banlieue marginalisée de Halmstad, en Suède. Ses parents, des Palestiniens forcés à l’exil au début des années 80, ont dû changer leur nom d'origine, Al Kiswani, pour faciliter leur intégration. Le déracinement, le refuge, l'appartenance et le renouveau sont au cœur du travail de l’artiste. Sa pratique noue avec la poétique du métissage : un moyen d’écrire et de survivre à l’intersection de multiples conditions et contextes. Ses œuvres émergeant parfois de récits autobiographiques, explorent des sujets tels que la mémoire, le temps le langage, l’héritage et l’identité en devenir.

 

Dans cette exposition, l’artiste explore divers médiums et mêle ses derniers travaux à des travaux plus anciennes.

 

The Fall, un film qui tourne en boucle, montre un jeune garçon qui tombe de sa chaise dans une salle de classe vide. L’image au ralentit étire l’instant et invite le spectateur à découvrir un moment suspendu- le point de bascule où l’équilibre se perd. La construction de soi, sa nature transitoire, et le renouveau sont des thèmes également abordés dans ses dessins au fusain où les sujets sont floutés. Des jeunes enfants semblent parfois émerger d'une chrysalide en pleine transformation, ou à la lisière de la visibilité, entre deux mondes. Dans cette pratique de dessin quasi-méditative, l’artiste superpose délicatement des couches de fusain. Lui-même enfant de Troisième Culture, Kiswanson utilise des objets, appartenant parfois aux membres de sa famille, pour tenter de concilier son héritage avec la réalité dans laquelle il est né. Des biens personnels emportés par une famille migrante en exil sont figés dans des blocs de résine troublés. Ailleurs, dans la série Passing, des habits traditionnels se mêlent aux vêtements contemporains de jeunes enfants de banlieue. Des radiographies de ces vêtements sont imprimées sur des toiles, révélant ainsi des possibilités plurielles d'appartenance dans un état d'itinérance culturelle. 

 

La quête de l'artiste se cristallise dans l’œuvre Nest, sculptures tantôt suspendues au plafond, tantôt émergeant des murs ou nichées dans les portes ; comme des refuges, des sanctuaires ou des abris. Les sculptures en fibre de verre et en résine parlent de renaissance, de renouveau et, surtout, de possibles.

 

....

Tarik Kiswanson est né en 1986 à Halmstad en Suède, où ses parents se sont exilés du Moyen Orient au début des années 1980. Son travail englobe la sculpture, l’écriture, la performance, le dessin, le son et la vidéo.

 

Il est diplômé de l’École Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Paris (2014) et de la Central Saint Martins - University of the Arts London (2010). Son travail est actuellement présenté dans une exposition personnelle au Hallands Konstmuseum à Halmstad ; une exposition rétrospective, Mirrorbody, a eue lieu au Carré d’Art – Musée d’Art Contemporain en 2021. Parmi ses récentes expositions : Ural Biennial (2019), Performa Biennial (2019), Centre Pompidou (2018), Lafayette Anticipations (2018), Fondation Ricard (2018), Biennale de Gwangju (2018) et le MUDAM - Musée d’Art Moderne Grand-Duc Jean (2017). En 2022 et 2023, des expositions individuelles lui seront consacrées, entre-autres au Bonniers Konsthall de Stockholm, au M HKA - Musée d’Art Contemporain à Anvers, au Salzburger Kunstverein à Salzburg et à la 16ème édition de la Bienniale de Lyon. Parmi ses publications à paraître en 2022 : une nouvelle monographie portant sur ses sculptures Nest publiée par le Hallands Konstmuseum et Mousse Publishing, une nouvelle collection de poèmes intitulée The Window publiée par JBE Books et le M HKA, ainsi qu’un catalogue d’exposition publié par la Bonniers Konsthall et Distanz.

 

Son travail figure dans les collections permanentes du Moderna Museet de Stockholm, du Hallands Konstmuseum à Halmstad, du Carré d’Art – Musée d’Art Contemporain à Nîmes, du CNAP – Centre National des Arts Plastiques de France, de la FMAC – Fonds Municipal d’Art Contemporain de la Ville de Paris, de Lafayette Anticipations, et de la Kadist Art Foundation.

thumbnail-0
thumbnail-0

ÉVÉNEMENTS SIMILAIRES

Depuis 1994, l’Agenda Culturel est la source d’information culturelle au Liban.

© 2024 Agenda Culturel. Tous droits réservés.

Conçu et développé parN IDEA

robert matta logo