ArticlesEvénements
Aujourd'huiCette semaineCe weekend

Pour ne rien manquer de l'actualité culturelle, abonnez-vous à notre newsletter

thumbnail-0

Retour

Partager sur

Le Festival du film fantastique Maskoon

Festivals

Du 01/11/2021 à 00:00 jusqu'au 28/11/2021 à 00:00

Une 5ème édition, du 1er au 28 Novembre, se déroulera en ligne comme pour l’année précédente, à l’exception des soirées d’ouverture et de clôture qui se tiendront en présentiel.

 

Le Festival du film fantastique Maskoon renforce sa portée arabe à travers les films proposés et l’audience ciblée.

 

La compétition de courts métrages, ainsi que le Maskoon Fantastic Lab, mettent en avant des films et des projets en provenance du Liban, de l’Arabie Saoudite, du Kuwait, du Qatar, du Maroc, d’Egypte, d’Algérie, et de Palestine.

 

Cette année, le Festival du Film Fantastique Maskoon renforce sa dimension Arabe. En élargissant le cadre de sa compétition, il inclue non seulement des courts métrages Libanais, mais également des courts métrages arabes, tout en continuant pour la deuxième année, de soutenir des projets de films en développement qui viennent du monde arabe dans le cadre du Maskoon Fantastic Lab. Pour sa cinquième édition qui s’étend sur tout le mois de novembre, le festival a pour ambition de toucher un public plus large qui dépasse les frontières du Liban, et qui s’étend aux pays de la région, grâce à sa forme virtuelle qui se déroulera en ligne, à l’exception de l’ouverture et de la clôture du festival qui elles, auront lieu en présentiel.

 

Le festival est organisé par l’association Beirut DC, avec des films qui seront programmés sur la plateforme Aflamuna créée par Beirut DC afin de soutenir les films arabes indépendants, tandis que l’ouverture et la clôture se tiendront en présence.

 

La directrice du festival, Myriam Sassine, a déclaré que la tenue de cette édition du festival avait été une « décision difficile » à la lumière des difficultés rencontrées par le secteur culturel au Liban, « menaçant sa résilience », et auxquelles viennent s’ajouter les conséquences de la pandémie de Covid-19. Mais elle souligne « la nécessité de poursuivre le festival plus que jamais puisque la survie de la pensée est aussi nécessaire que la survie du corps ».

 

« Cette année, le festival bénéficie du monde sans limites de l’internet et étend sa portée à l’ensemble du monde arabe », a déclaré le directeur artistique du festival, Antoine Waked. Le festival présente « certains des meilleurs » films d’horreur, de thriller et de science-fiction de France, d’Espagne, du Japon, d’Islande, de Tunisie, du Danemark et d’Australie. Antoine a également déclaré que la compétition de courts métrages, comprend des œuvres portant « une nouvelle voix cinématographique en provenance du Liban, du Maroc, du Koweït, du Qatar et d’Arabie Saoudite, et ayant choisi la voie audacieuse et différente du cinéma de genre pour refléter la réalité ».

 

Myriam Sassine a ajouté que le Maskoon Fantastic Lab qui se déroule pour la deuxième année, « permet à cinq projets de films arabes en cours de développement, de bénéficier de l’expertise de professionnels de renommée mondiale, et offre la chance à l’un d’entre eux de participer à Frontières, le plus grand marché mondial pour les films d’horreur, de fantaisie, d’action et de science-fiction ». « Qu’il se déroule en ligne ou pas, le festival restera une plate-forme, un lieu de rencontre, et une communauté de soutien et de solidarité pour les fans et cinéastes de cinéma de genre du monde entier », a-t-elle insisté.

 

Programme

 

Les films seront projetés en ligne à partir du 1er novembre sur la plateforme Aflamuna, et se poursuivront jusqu’au 28 novembre. Le film d’ouverture Titane, réalisé par Julia Ducournau, sera projeté le 3 novembre au cinéma Montaigne de l’Institut Culturel Français. Un film violent et sanglant qui représente la France dans la course à l’oscar du meilleur film étranger, après avoir reçu la Palme d’Or à Cannes en juillet dernier.

 

La clôture du festival aura lieu le 24 novembre avec la projection du film Islandais Lamb de Valdimar Jóhannsson, présenté cette année en ouverture de la section Un Certain Regard du Festival de Cannes. Un film sur l’histoire d’un couple sans enfants, qui découvrent un mystérieux nouveau-né dans leur ferme. La perspective inattendue de la vie de famille leur apporte beaucoup de joie, avant de finalement les détruire.

 

Les films projetés sur la plateforme Aflamuna sont disponibles gratuitement, ouverts à tous les pays arabes et limités à 500 vues par film.

 

Chaque semaine de novembre comprendra une sélection de films « dominée par des thrillers sombres où des hommes et des femmes affrontent leurs sociétés qui les piègent dans un cauchemar vivant ; une réalité quotidienne à laquelle beaucoup sont confrontés », selon le directeur artistique du festival, Antoine Waked.

 

Antoine Waked détaille le programme et explique que la semaine du 1er au 7 novembre comprend deux films Espagnols présentés en collaboration avec l’ambassade d’Espagne au Liban, La Cabina d’Antonio Mercero, sur un homme qui se retrouve piégé dans une cabine téléphonique et que personne ne réussit à sauver, et Cross the Line de David Victori, sur un homme bon confronté à un événement meurtrier inattendu qui fait resurgir ses instincts.

Au programme de la première semaine, citons également le film Mexicain New Order du célèbre réalisateur Michel Franco, lauréat du Lion d’Argent (Prix du Grand Jury) à la Mostra de Venise en 2020. Dans ce film, un mariage somptueux de la haute communauté se transforme en une lutte des classes menant à un coup d’état violent.

 

Du 8 au 14 novembre, le film Mad God, du pionnier des effets spéciaux le plus en vue, Phil Tippett qui donnera également une conférence en ligne ouverte au public. Réalisé par le Danois Anders Thomas Jensen, Riders of Justice, avec Mads Mikkelsen, raconte l’histoire d’un homme qui pensait que la mort de sa femme dans un accident de train était le résultat d’un accident de passage, mais l’émergence d’un mathématicien qui se trouvait dans le train va démontrer le contraire.

 

Les projections prévues du 15 au 21 novembre sont des courts métrages signés par le réalisateur Australien reconnu Alex Proyas, qui donne également une conférence en ligne ouverte au public. Ses films que le public aura l’occasion de voir sont Phobos et Strange Nostalgia, qui a été presque entièrement filmé pendant la période du confinement en utilisant des techniques de collaboration à distance diverses, et Mask of the Evil Apparition qui raconte l’histoire d’une jeune femme qui a perdu la mémoire, et qui est à la recherche de quelque chose ou de quelqu’un, la nuit dans une ville abandonnée. Mais elle ne se souvient ni de qui ni de quoi.Beyond the Infinite Two Minutes, le premier long métrage créatif du réalisateur Japonais Junta Yamaguchi, admiré par les festivals internationaux, est également programmé cette troisième semaine. Il raconte l’histoire d’un propriétaire de café qui découvre que le téléviseur de son café affiche soudainement des images du futur, deux minutes avant qu’elles ne se produisent.

 

La dernière semaine du 22 au 28 novembre comprend le film féministe Tunisien Black Medusa, un suspense noir d’Ismaël co-réalisé avec son frère Youssef Chebbi. Ce film qui a été présenté pour la première fois au Festival de Rotterdam en janvier dernier, raconte l’histoire d’une femme calme et réservée le jour qui, après la tombée de la nuit, se transforme en une femme fatale qui pourchasse les hommes. Le programme comprend également le film à suspense Français Messe Basse réalisé par Baptiste Drapeauavec Jacqueline Bisset and Alice Isaaz, qui raconte l’histoire d’une jeune femme poursuivant ses études universitaires à Bordeaux. Une vieille veuve lui permet de vivre dans l’une de ses chambres en échange de son aide dans le travail quotidien, à une condition : agir comme si son mari décédé était encore vivant. Mais la jeune femme sent bientôt la présence du mari... Commence alors un dangereux triangle amoureux.

 

 

 

LieuOnline

PRIX-

thumbnail-0
thumbnail-0

ÉVÉNEMENTS SIMILAIRES

Depuis 1994, l’Agenda Culturel est la source d’information culturelle au Liban.

© 2024 Agenda Culturel. Tous droits réservés.

Conçu et développé parN IDEA

robert matta logo