ArticlesEvénements
Aujourd'huiCette semaineCe weekend

Pour ne rien manquer de l'actualité culturelle, abonnez-vous à notre newsletter

thumbnail-0

Retour

Partager sur

single_article

Rami et Maka Mimassi, Laiterie Al Beqaa. Le bonheur est dans le lait

17/04/2024|Noha BAZ

C’est un petit coin du Liban installé en plein Val d’Oise à deux pas de la maison de Van Gogh et quelques quarante kilomètres de Paris.

La ”Laiterie Al Bekaa” apparaît au décours d’un petit chemin bordé de verdure. Un lieu devenu phare et repère pour les libanais de France dont les produits garnissent rayons d’épiceries éclairées et les plats des meilleurs restaurants libanais de la capitale.

 

Notre rencontre se passe un jour de grand beau temps où les verts et les bleus se conjuguent plein soleil pour illuminer le tableau.

 

Rami et Maka MIMASSI vous accueillent en sourires et ressemblent simples et authentiques à leurs merveilleux produits.

Tous deux enfants de l’exil ils décident en pleines années Covid de se lancer, la nostalgie aidant, dans la reproduction de quelques-uns des goûts de leurs enfances.

Ils réorganisent alors une partie de leur maison en locaux de production transformant l’adversité en un véritable succès.

Les goûts sont justes, les packagings simples, le marketing réduit au strict minimum via les réseaux sociaux mais la qualité et le bouche à oreille font depuis deux ans leur travail.

 



Dans ma quête quotidienne de la transmission de nos goûts levantins, je découvre par hasard leur labneh dans une échoppe de produits libanais. Après en avoir testé des dizaines, alléluia ! Je retrouve enfin en une bouchée le goût exact du terroir libanais.

Raconter leur aventure c’est saluer une magnifique histoire et applaudir une authenticité qui fait honneur au Liban et à sa diaspora.

 

Né à Zahlé, Rami Mimassi arrive en France en 2002 pour suivre un cursus d’école hôtelière à Lyon. Après quatre années d’études il monte à Paris et commence à travailler dans un restaurant libanais C’est là qu’il rencontre Maka son épouse d’origine géorgienne qui partage une formation similaire et les mêmes valeurs.

Au bout de quelques mois les voilà installés dans ce joli petit coin de France. La nostalgie de leurs pays d’origine respectifs sera pendant la crise du Covid le déclencheur de leur entreprise d’aujourd’hui.

Tous deux à la recherche de ce ‘‘Taste of home”, Rami cherche le goût du labneh de son enfance et Maka du sulgani le fromage emblématique de la sienne. Ensemble ils s’appliquent, essaient, réajustent, jusqu’à nous offrir les splendeurs d’aujourd’hui.

 

Le fromage géorgien sulgani est un délice qui rappelle dans sa version simple le Baladi libanais, sa version fumée est une cousine éloignée du scarmoza italien et trône en portions généreuses en face des Halloums, akkawis, Chelals et Naboulsis de notre patrimoine de miel et de lait libanais.

 

D’expérimentale et presque secrète d’abord l’aventure devient réelle en 2022. Le couple installe ses ateliers impeccablement entretenus et se lance dans une production exemplaire réalisée avec du bon lait frais de fermes alentours livré tous les matins. Les produits sont travaillés immédiatement ; le caillage décliné en laban (yaourt) labneh et fromages divers ; exempts de tout conservateur et tout additif. Du pur, du simple et du (très très) bon.




Maka s’affaire discrète et attentionnée préparant de petites assiettes garnies d’olives, de fromage chankliche et de boules de labneh ‘‘Mouneh” parfumées de sumac et de Zaatar. Elle a l’élégance la simplicité et la modestie de celles qui ont compris que l’essentiel était dans le bonheur des petites choses du quotidien.


Rami me raconte les souvenirs des étés de son enfance durant lesquels la confection de la Mouneh le fascinait totalement. Dans le quartier de Hauch El Oumara à Zahle, sous le soleil des mois de juillet et d’aout, ses grands-mères et sa mère se relayaient pendant trois semaines aux fourneaux pour mettre l’été en bouteilles et en bocaux.

 

Deviner son plat préféré est donc facile et bingo !!, c’est bien du kechk qu’il s’agit. « Frais, roulé en quenelles je le dégustais tel quel » me dit il

et ‘‘j’attendais avec impatience les multiples préparations qu’il nous offrait en hiver. À la maison nous le préparions aussi bien avec du lait de chèvre que de vache et un de mes objectifs a été d’en restituer le goût exact en France.

Après plusieurs essais j’ai fini par mettre au point de quoi honorer les souvenirs. Je le propose aujourd’hui en poudre ou présenté en boules recouvertes d’huile d’olive. En plus de ma passion pour son goût c’est surtout sa vocation fédératrice qui nous réchauffait si bien le cœur en famille pendant les mois d’hiver que j’ai voulu reproduire.

Ce souvenir incandescent le laisse rêveur quelques instants pendant que Lucas et Adrien ses deux fils énumèrent joyeusement à voix haute les yeux brillants leur bréviaire de plats libanais : Kebbeh bel sanniyeh, cheikh el Mehchi et Taboulé qu’ils ont appris dès leur plus jeune âge à apprécier.

Une éducation du goût totalement réussie qui fait leur joie et qui égale celle offerte grâce aux produits de Al Beqaa à des centaines de petits et grands franciliens libanais.



Laiterie Al Beqaa 95870 Bezons France

laiteriealbeqaa.com

WhatsApp +33 6 69 36 48 25

Laiterie Al Beqaa Facebook

@laiteriealbeqaa Instagram



thumbnail-0
thumbnail-0

ARTICLES SIMILAIRES

Depuis 1994, l’Agenda Culturel est la source d’information culturelle au Liban.

© 2024 Agenda Culturel. Tous droits réservés.

Conçu et développé parN IDEA

robert matta logo