Home Top (1440 x 150px)

Le Printemps de Beyrouth, festival de la résistance culturelle

Du 3 au 7 juin 2016, la Fondation Samir Kassir organise son festival, Le Printemps de Beyrouth, gratuit et pour tous les publics. Randa Asmar, directrice du festival, nous expose la philosophie du festival et son contenu.


Que signifie pour vous être directrice de ce festival ?
Tout d'abord c’est un festival qui appartient à une cause. La Fondation Samir Kassir organise ce festival culturel international en commémoration de l’assassinat de Samir Kassir, le 2 juin 2005.
Ensuite, ce festival dont l'accès est libre permet à toutes les catégories sociales de découvrir des groupes artistiques internationaux qui connaissent un grand succès à l'étranger et qui viennent avec leurs créations pour la première fois au Liban.
Finalement, au Liban, la résistance culturelle est devenue le seul moyen d'exprimer librement l'amour que nous portons au pays. Par conséquent, cette résistance nous permet de montrer, à l'échelle internationale, l'image d'une société moderne, attachée à l'art et la culture, et surtout, celle d'une jeunesse cultivée qui prendra la relève pour garder haut le nom du Liban. Cette résistance nécessite la démocratisation de l’accès à la culture pour assurer sa réussite.

Comment s’est opéré le choix des trois spectacles de danse, théâtre et musique, proposés dans cette édition ?
Le spectacle de théâtre ‘Amok’ est un solo d'une heure et quart, texte du fameux Stephan Zweig, adapté et joué brillamment par Alexis Moncorgé, petit-fils de Jean Gabin. Le succès inouï dont jouit ‘Amok’ à Paris depuis janvier, l'a amené à la nomination de la Meilleure révélation masculine des Molières 2016. La metteuse en scène Caroline Darnay est connue également pour ses spectacles à grand succès en France. Nous avons souhaité accueillir ce spectacle pour montrer qu'une création simple, basée sur un excellent texte, un comédien formidable seul sur scène et un metteur en scène astucieux, peut connaître un immense succès si le fonds et la forme vont droit au cœur et à l'esprit du spectateur.
Le spectacle ‘4x4 Ephemeral Architectures’ de la compagnie anglaise Gandini est un mélange de quatre jongleurs, quatre danseurs de ballet classique et une composition musicale qui sublime cette création innovante dans son mélange des formes artistiques. Le succès de ‘Smashed’ dans notre édition 2014 – une autre création de Gandini – était une motivation supplémentaire de ne pas priver le public de cette nouvelle création originale.
Quant au concert du groupe libanais Adonis, on ne peut ne pas craquer en voyant des jeunes comme eux composer, jouer et chanter des morceaux qui emportent le jeune public d'une façon féérique.
L'un des principes de la programmation de notre festival, c'est de soutenir un groupe libanais et de lui produire un nouveau concert "live". Souvent, cette initiative aboutit à l'édition d'un album que le groupe lance sur le marché.

Que révèle cette programmation de l’esprit de la Fondation Samir Kassir ?
Je crois que la réponse se trouve dans tout ce que j'ai expliqué ci-dessus. Je reviens surtout au but de la fondation : la résistance culturelle pour donner à la ville de Beyrouth l'aspect dont rêvait Samir Kassir, une ville belle, dynamique, moderne, modèle unique de la liberté et de la diversité parmi les capitales du Moyen-Orient et du monde arabe.

Quel public souhaitez-vous attirer ?
Comme vous le remarquez, cette programmation convient à tous les goûts. Tout le monde est le bienvenu !

Votre festival est gratuit pour le public, comment parvenez-vous à le mettre sur pied en cette période économiquement délicate ?
C'est là la grande question !! On ne dira jamais assez merci à nos sponsors, ni à la société civile, ni aux amis de la Fondation Samir Kassir. Et malgré cela, ce n'est pas évident ! Mais c'est le cas de toutes les actions culturelles de qualité au Liban.

Avez-vous déjà des idées pour l’édition 2017 ?
Un tout petit peu, mais il est encore tôt pour en parler, étant en plein dans les préparatifs de 2016. Un festival culturel international, ce n'est pas un "event" comme c'est la mode de définir tout ce qui se passe ici. C’est un processus de réflexion, d’échanges, de débats, de sélection, de préparations logistiques, de performances et de réaction du public, qui, à son tour, lance la programmation de l’année suivante.

> Consultez le programme du festival en cliquant ici

Articles Similaires

Article side1 (square shape or rectangular where the height is bigger than the width)
Article side2 (square shape or rectangular where the height is bigger than the width)