Home Top (1440 x 150px)

L’histoire de Beyrouth en 3D

Les Festivals culturels de Beyrouth s’ouvrira par une projection en 3D mapping intitulée ‘Histoire de Beyrouth’ les 17, 18 et 19 mai à 21h00. La projection de 70 minutes nous plonge dans les histoires qui ont fait Beyrouth et les Beyrouthins. Le directeur artistique de ce projet, Daniel Georr, nous explique le concept.


Tout d’abord, Daniel Georr, qui êtes-vous ?
Je suis un directeur artistique qui a environ vingt ans d’expérience réalisée pour la plupart hors du Liban, au Caire, à Dubaï et à Jeddah. J’ai travaillé pour des marques internationales de Coca Cola à L’Oréal, de Mc Donald’s à HSBC, et j’ai tourné plus de 400 publicités tout autour du monde pour lesquelles j’ai reçu des prix et une certaine reconnaissance dans la région, ainsi qu’à Cannes, New York…

En quoi va consister la projection 3D ‘Histoire de Beyrouth’ ?
‘Histoire de Beyrouth’ n’est pas juste une projection 3D. C’est douze histoires courtes que nous avons choisies sur l’histoire de cette ville et qui, ensemble, forment ce show. Chaque histoire représente une période spécifique qui a marqué de manière significative la ville ou ses habitants, et chaque histoire est racontée par une combinaison de musique de Guy Manoukian, des projections, des commentaires, et parfois par des personnes en live. C’est donc bien plus qu’une simple projection !

Y a-t-il des défis particuliers dans la réalisation de cette projection ?
Et bien en fait chaque élément de ce spectacle est un défi. Tout d’abord le lieu. Ce projet était entièrement conçu pour être présenté sur la place de l’Etoile de Beyrouth, mais, pour diverses raisons, il a dû être déplacé. Un premier défi était donc de trouver un endroit idéal pour accueillir le contenu que nous avons créé, et il n’y a en fait pas de tel lieu à Beyrouth. Donc nous avons dû importer des Etats-Unis le plus grand dôme du monde, qui lui peut permettre un show à 360 degrés. Le second défi est que ce dôme nécessite des projecteurs énormes et perfectionnés qui n’existent pas en l’espèce au Liban. Nous avons dû les importer de Paris. J’ajoute à ces défis que notre budget est en proportion extrêmement limité et nous travaillons dans un timing serré. Et enfin les difficultés du travail en lui-même, construire entièrement la place de l’Etoile au millimètre près en 3D avec la musique, synchroniser tout cela…

Pourquoi le festival a-t-il choisi de proposer cette animation ?
Le festival voulait proposer au public libanais quelque chose de différent que les concerts proposés habituellement dans tous les festivals estivaux. Les organisateurs ne voulaient pas être en concurrence, mais proposer quelque chose de différent de leur côté. D’autre part, ils voulaient mettre Beyrouth en avant et montrer cette ville exceptionnelle de la meilleure manière qui soit. J’ai proposé l’histoire de Beyrouth et ça n’a pas été trop difficile de les convaincre !

Quel est votre rôle exactement ?
Je dirige ce projet. J’ai réalisé sa conception et travaillé aux côtés d’Emile Odeimy sur le contenu de la projection, de Guy Manoukian sur la musique et une douzaine d’autres personnes sur une douzaine d’autres éléments du projet.

Combien de temps ce projet a-t-il pris pour être réalisé ?
Cinq mois, mais il a en fait débuté il y a deux ans, entre l’idée, le travail, la première annulation et report, et finalement nous avons retravaillé dessus cette année.

Y aura-t-il d’autres projections de ce mapping 3D en d’autres occasions, d’autres lieux ?
Aucune. Pour ceux qui veulent le voir, c’est maintenant ou jamais !!

Consultez le programme du festival en cliquant ici

Articles Similaires

Article side1 (square shape or rectangular where the height is bigger than the width)
Article side2 (square shape or rectangular where the height is bigger than the width)