Home Top (1440 x 150px)

Lamia Maria Abillama : ‘‘Photographier des femmes au-delà des modèles eux-mêmes’’

Après des études en droit et diplomatie, Lamia Maria Abillama se tourne vers la photographie et décroche un diplôme du New York’s Center for Photography en 2006. Depuis, elle mène une carrière de photographe, enchaine les expositions et décroche des prix internationaux. Elle expose sa nouvelle série ‘Clashing Realities’ du 13 septembre au 5 novembre à la Galerie Tanit. Rencontre.



La femme est au centre de votre travail. Quel regard portez-vous sur elle ?
Il est vrai que la figure de la femme est un sujet récurrent de ma pratique photographique, je pense notamment à la série de ‘Ladies of Rio’. La photographie aujourd’hui permet d’engager un certain dialogue, un certain regard sur des conditions, des états d’être. Photographier des femmes au-delà des modèles eux-mêmes, c’est avant tout pour moi communiquer un message, interroger les interactions entre figures de femme et problématiques sociales. Mon regard est celui d’une photographe femme qui cherche en captant des allures, des identités, des individualités, des intimités à interroger la société qui est la nôtre.

Et sur la femme libanaise en particulier ?
Mon regard sur la femme libanaise est passionné, les Libanaises ont cette particularité de porter en elle, au plus profond de leur être, une ambivalence très forte, entre force et douceur, pouvoir et impuissance, souffrance et joie. Leurs multiples caractères me fascinent et me poussent toujours plus à chercher en elles les reflets et sursauts de notre histoire entre passé et présent.

Pourquoi avez-vous choisi de les représenter en uniforme militaire ?
Demander à ces femmes civiles de poser en uniforme militaire est une manière de représenter la violence et sa latence, montrer par l’uniforme, par la prise de vue dans l’intimité des modèles à quel point la violence et le conflit ont investi les plus profondes strates de notre être, depuis des dizaines d’années, de génération en génération.

Comment avez-vous choisi et convaincu ces femmes à poser pour vous ?
Mon choix des modèles est toujours très instinctif, je peux choisir de photographier une femme que je connais depuis mon enfance, comme une jeune femme croisée quelques secondes dans un ascenseur. L’instinct visuel me porte. Pour convaincre toute ces femmes, un long travail de dialogue se met en place, toutes ne sont pas toujours très convaincues, et les convaincre ou les persuader, un long travail de relance, d’attente et de patience. Une fois devant mon modèle, tout peut aller très vite.

Qu’est-ce qui vous pousse à conjuguer féminisme et violence à la fois ?
Je ne sais pas si c’est réellement de féminisme dont il est question. Bien sûr, je suis pour cette égalité qu’elle soit culturelle, personnelle, sociale ou juridique entre l’homme et la femme. Mais mes photographies parlent surtout d’autre chose. Elles parlent de rapports ambivalents, de tensions, entre collectif et singulier que peut porter un être, elles tentent de parler de ce que l’on montre et de ce que l’on cache. Encore une fois, ces notions de rapport duel de l’être me fascine, peut-être parce qu’à ma façon, je les porte en moi également.

Vos projets ?
Beaucoup de projets oui, je continue à travailler sur la figure de la femme. La prochaine série sera une belle surprise, moins violente que la série ‘Clashing Realities ‘. Ensuite, à nouveau une série plus dramatique concernant notre système. Ne comptez pas sur moi pour lâcher prise !

Pour en savoir plus, cliquez ici

Articles Similaires

Article side1 (square shape or rectangular where the height is bigger than the width)
Article side2 (square shape or rectangular where the height is bigger than the width)