Tatiana Primak Khoury au talent considérable

À l’image de son art, la pianiste Tatiana Primak Khoury inspire le respect. Elle donne un concert à l’université de Balamand le 31 mars. Au programme, Debussy dont c’est le 150e anniversaire de la naissance, Beethoven et Kosenko.


Se consacrant au piano depuis l’âge de six ans, la pianiste ukrainienne a toujours été intéressée par la musique. Son jeu est exceptionnel, sérieux, très personnel et intense. Diplômée du Conservatoire supérieur Tchaïkovski de Kiev, elle a été l’élève d’I. Rabov. Lauréate de nombreux prix nationaux et internationaux, elle est actuellement professeur de piano au Conservatoire de musique supérieur du Liban.

Un répertoire fulgurant
Mariée au compositeur libanais Houtaf Khoury, elle joue ses œuvres contemporaines. Cette collaboration prend une forme d’approfondissement : ’’Il est intéressant de travailler et de vivre avec un compositeur. L’échange musical est plus complet.’’
Le répertoire de Tatiana est vaste et prolifique, allant du baroque à la musique contemporaine. Elle marque une prédilection pour les maîtres du piano romantique tels que Brahms, Chopin, Rachmaninov. La musique contemporaine tient aussi une place importante dans son répertoire. La pianiste évoque la trop grande familiarité qu’on a avec la musique classique, alors que la musique contemporaine ne nous est pas suffisamment familière pour l’apprécier en raison de son caractère dissonant et peu attrayant. Par ailleurs, l’artiste est récemment devenue plus intéressée par la musique libanaise, notamment celle d’Anis Fuleihan, Toufic Succar, Georges Baz, Boghos Gélalian, Béchara El-Khoury et Houtaf Khoury. Le répertoire de Tatiana Primak Khoury est associé à des exigences de taille. C’est cette exigence comme ordre de profondeur d’une création mentale et psychologique qui la caractérise. Mais la pianiste exceptionnelle demeure sans prétention, authentique, dotée d’un naturel à la hauteur de son art.

L’inflexion donnée à sa musique fait surgir un monde onirique coloré de sonorités profondes, contemplatives, inspirées. Dans ses enregistrements, comme celui consacré à Beethoven ou à Rachmaninov, se déploie un glissement de mouvements sonores dramatiques, tourmentés vers des moments plus aérés et apaisés. Après la tourmente, l’auditeur accède à une quiétude intérieure ponctuée par un jeu allègre. La virtuosité de cette musicienne s’accorde avec une musique proche de la sensibilité, et non pas une froide horlogerie. ’’La musique peut toucher par différentes manières, elle peut décrire et refléter une multitude de choses.’’ L’interprétation musicale est ’’une vision’’ qui passe par l’expression et la compréhension de la musique. C’est ’’une forme de création’’ qui devrait parvenir à l’audience, troisième pôle de la musique après le compositeur et l’interprète.

La reconnaissance de l’audience
Pour cette artiste révélée, la reconnaissance d’une audience est importante. Bien que donnant des concerts à Beyrouth à l’AUB, elle donne la majorité de ses concerts à l’Université de Balamand, où elle détient le titre d’artiste en résidence. L’effort du déplacement est incontestablement récompensé par le transport de l’âme et vaut le détour ! Sa musique est favorisée par une écoute attentive de son audience formée de professionnels et d’amateurs. En effet, elle apprécie aussi bien l’opinion des mélomanes qui connaissent bien le sujet de la musique mais qui risquent aussi de se perdre dans la sur-analyse, que celle des amateurs qui n’ont pas étudié la musique et pour qui l’écouter revient à juger si on l’aime ou pas.

Il est important pour elle de savoir pourquoi on vient l’écouter ? Quelles sont nos attentes, ce qu’on y apprécie, ce qu’on estime être bien ou moins bien. Ainsi, la pianiste nous ramène à une musique subjective, naturelle, lumineuse. L’ovation du public est à la hauteur de la satisfaction de la musicienne.

Julie Holman


Tatiana Primak Khoury
Université de Balamand
Samedi 31 mars 2012 à 19h00
(06) 930250

Articles Similaires