Home Top (1440 x 150px)

Le talent de Ziad Rahbani a inondé la scène du festival de Zouk Mikaël

Le Festival de Zouk Mikaël a donné son coup d'envoi ! Et d’une manière magistrale. Jeudi soir, sur la scène aménagée dans le magnifique amphithéâtre de style romain de la ville, Ziad Rahbani a ouvert les festivités. En démontrant, une fois de plus, son génie aux quelques 2500 personnes venues assister à son concert.


Beaucoup diraient qu’il a de qui tenir. Fils ainé de Fairuz, une des chanteuses si ce n’est la chanteuse libanaise la plus connue du monde arabe et du comédien-musicien libanais Assy Rahbani, l’auteur-compositeur Ziad Rahbani, longtemps considéré comme un chantre du patriotisme, a confirmé, jeudi soir, sa virtuosité au public libanais. Accompagné de son orchestre composé de quelques cinquante musiciens, le fils de la diva libanaise a offert une performance hors du commun. Esthétiquement aussi bien que musicalement. Dans le somptueux décor à ciel ouvert de l’amphithéâtre romain de Zouk Mikaël, les contrebassistes, violoncellistes, violonistes, oudistes, batteur, bassiste, flûtistes, trompettistes, chanteurs et saxophonistes formaient un corps unique, conduit d’une main de maître par l’impressionnant Hani Siblini. Habité par chaque pulsation, son corps donnait l’impression de jouer un rôle de médiateur entre les compositions de Ziad Rahbani et le public. Mélange entre ses anciennes et nouvelles créations, le programme du concert, gardé secret jusqu’à la dernière minute, était entrecoupé de zadjal et saynètes interprétés par les chanteuses qui se succédaient derrière le micro.

Assis derrière son piano, le maestro de la soirée, lui, n’a pas mouché mots pendant les quelques deux heures du concert. Concentré sur l’interprétation de ses compositions, Ziad Rahbani est resté impassible aux réactions du public lors de ses allers-retours sur scène. Ce qui n’a pas manqué de décevoir certains de ces fervents admirateurs. ‘‘Mais je ne suis pas venue pour voir des étrangères interpréter des textes de Ziad’’, regrette Paola, assise en première loge à quelques mètres de la scène. ‘‘Il est caché derrière son piano, je m’attendais à l’entendre, à profiter de sa spontanéité, pas d’écouter des jeunes femmes lire, le papier à la main, ses textes’’. Figure nationale, Ziad Rahbani est connu pour sa vivacité d’esprit, ses jeux de mots, son sens de la dérision et son ironie. Avec génie, il manie les mots auxquels il donne, dans ses chansons, une double-signification. Connu pour son absence de langue de bois, le musicien a souvent fait parler de lui à travers ses coups d’éclat. Comme en août 2014, dans le sud du pays, à Naqoura, lorsqu’il avait pris à parti son public en lui demandant de poster des passages de son intervention sur les réseaux sociaux pour que chacun note le bruit qui l’empêche de se reproduire. Mais, ce jeudi soir, sur la scène du Festival de Zouk Mikaël, Ziad Rahbani a choisi de mettre sa musique à l’honneur avant de faire le show. L’auteur-compositeur a attendu que les rideaux se ferment pour remercier son auditoire et saluer le talent de son chef d’orchestre.

Le public, sans surprise, a été conquis. Le concert s’est achevé sous un tonnerre d’applaudissements, accompagné de rires et danses orientales. ‘‘J’ai adoré sa musique’’, ‘‘j’ai beaucoup aimé, cela me rappelle mon enfance’’, ‘‘j’ai découvert ce soir mais c’est très joli, très enjoué et oriental’’, ont réagi Lina, Rami et Michelle à l’issu du spectacle. Une fois de plus, Ziad Rahbani a prouvé son génie. Artiste aux multiples casquettes (dramaturge, metteur en scène, chanteur…), le fils de Fairuz porte à merveille celle d’auteur-compositeur. Ses dernières créations marient, avec génie, son répertoire jazzy à ses racines orientales marquées, par moment, d’influences funk des années 70. ‘‘C’était excellent, s’est réjouit Zalfa Boueiz, la Présidente du Festival. Il avait carte blanche ce soir et la réaction du public a été très chaleureuse. J’ai le sentiment que nous avons rempli notre rôle en promouvant des artistes de qualité libanais. Car notre souci premier reste bien de rendre la beauté et les arts accessibles à tous’’. Pari réussi pour cette soirée d’ouverture de la 13ème édition du Festival international de Zouk Mikaël. Ziad Rahbani a réussi à mettre la barre très haut. De quoi mettre aux défis les artistes deux prochains grands rendez-vous de Zouk Mikaël : ‘Tribune à Oum Koulthoum’ et ‘One night in Broadway’, respectivement programmés les 25 et 28 juillet.

Consultez le programme du festival en cliquant ici

Articles Similaires

Article side1 (square shape or rectangular where the height is bigger than the width)
Article side2 (square shape or rectangular where the height is bigger than the width)