Home Top (1440 x 150px)

Interbellum sort son second album ! Rencontre avec Karl Mattar

‘Dead Pets, Old Griefs’ est le titre du second album d’Interbellum - projet musical de l'auteur, compositeur et interprète Karl Mattar, alias Charlie Rayne – qui est sorti le 5 décembre 2018 sous le label ‘Ruptured’. L’album, auquel ont participé Marwan Tohme (basse, batterie et guitare), Julia Sabra (chant et synthé), Pascal Semerdjian (batterie) et Camille Cabbabe (guitare), présente 10 chansons ayant comme thèmes la mémoire, le temps, l’enfance et la perte. Karl Mattar nous en dit plus.

Pourquoi avoir choisi un nom de scène ?
Quand j’ai lancé Interbellum en 2015 c’était avec 3 autres musiciens donc il était logique de choisir un nom de “groupe”. Et même si les musiciens ont changé depuis, ça reste un projet de collaboration, notamment avec mon producteur Fadi Tabbal. Et j’aime l’idée de donner une identité au projet qui va au-delà de la personne.

Comment décrire votre musique ?
À la base c’est un projet singer-songwriter, des “chansons à texte”. J’écris les chansons sur un instrument - d’habitude la guitare - et les paroles jouent un rôle important. Mais l’approche pour la production change d’album en album. Pour “Dead Pets, Old Griefs”, les chansons et les thèmes - qui tournent autour de l’enfance et de la mémoire - nous ont guidées vers un genre de son de “boîte à musique cassée”. Les chansons sont “pop rock” avec des mélodies plutôt classiques, mais les arrangements et les sons qu’on a choisis virent vers le lo-fi et l’expérimental. Le résultat c’est des chansons déformées, comme un ancien souvenir remémoré, défiguré par le temps et la mémoire émotionnelle.

Parlez-nous de votre nouvel album ‘Interbellum’ et de votre collaboration avec Fadi Tabbal.
Fadi est un incroyable producteur - il regorge d’idées et interagit avec les chansons à un niveau essentiel. Nous avons enregistré les chansons à Tunefork Studios en novembre 2017 et nous avons très vite compris la direction que nous suggéraient les chansons. Nous avons passé la plupart du temps à expérimenter- le studio devenant une sorte de laboratoire, la production une sorte d’analogie aux thèmes de l’album: des sons traités, tordus par le processus de remémoration.

Avez-vous rencontré des difficultés particulières ?
Enregistrer un album est fatiguant, physiquement et émotionnellement. De l’écriture, à l’enregistrement, la post-production, etc. Mais j’étais confiant dans les chansons, et j’ai totalement confiance en Fadi. C’est lui qui m’aidait à persévérer, à trouver des solutions quand il y avait des blocages. Et c’était parfois difficile de réaliser les chansons telles que je les voyais, mais souvent ces obstacles s’avèrent une opportunité à être créatif et tenter de nouvelles choses. Mais en général, ça s’est déroulé sans problèmes et c’était presque… facile.

Quels sont les artistes que vous écoutez le plus, vos influences musicales ?
La liste change de jour en jour mais quelques artistes restent comme Yo La Tengo, qui est toujours un de mes groupes préférés. The Beatles est aussi un autre groupe auquel je reviens sans cesse. Pendant qu'on enregistrait “Dead Pets, Old Griefs”, je lisais ‘Revolution In The Head’, le livre d’Ian MacDonald sur le processus de chaque chanson enregistrée par les Beatles. Leur mélange de pépites pop et de production expérimental était très inspirant.

www.interbellummusic.com

(Photo : ©Michael Buter)

Articles Similaires

Article side1 (square shape or rectangular where the height is bigger than the width)
Article side2 (square shape or rectangular where the height is bigger than the width)