Zeina Toutounji Gauvard porte l’œuvre de Toufic Youssef Aouad

Qui au Liban ne connaît pas l’écrivain Toufic Aouad (1911-1989) ? Qui n’a pas lu dans son enfance ‘Tawahin Beyrouth’ ou bien ‘Al sabi al a’raj’ ou bien encore ‘Al raghif’ ? Ce conteur hors pair au destin tragique et romanesque fut aussi diplomate, militant actif pour l’indépendance du Liban, fondateur d’un journal politique et littéraire, et somme toute chef de file de la littérature libanaise. Toutefois depuis la fin de la guerre du Liban, la mémoire de son œuvre commençait à s’enfoncer dans une douce léthargie. C’était sans compter l’énergie, la volonté et l’opiniâtreté de sa petite-fille, Zeina Toutounji Gauvard qui, pour l’Agenda Culturel, a retracé le fil de l’histoire.

Traductrice de formation, galeriste et attachée de presse dans le domaine cinématographique, la foi de cette femme multiple au parcours atypique, déplace les montagnes, car ’’porter une œuvre de cette importance est la bataille d’une vie’’. Après un véritable parcours du combattant, qui commence en 1998, c’est finalement entre 2010 et 2012, par le biais du projet de l’Unesco Beyrouth, capitale mondiale du livre, que Zeina Toutounji Gauvard arrivera à intéresser les institutions et trouvera les fonds nécessaires pour faire effectuer la traduction française. ‘Les meules de Beyrouth’, sera traduit par Fifi Abou Dib et sera publié aux éditions Actes Sud-L’Orient des Livres.

Il est vrai que ce roman qui date de 1972 et dont Zeina Gauvard Toutounji dit ’’qu’il pointe du doigt ce qui va nous mener à la guerre’’, est totalement prophétique et qu’il préfigure l’histoire contemporaine du Liban à travers les amours contrariées de Tamina et Hani dans une société sclérosée par le conservatisme et les tensions communautaires. L’écriture de Toufic Aouad qui n’hésite pas à emprunter des chemins poétiques, contribue à exacerber la passion et l’atmosphère de tragédie classique qui plane tout le long du roman.

Nommé par l’Unesco ’’ouvrage représentatif de son temps’’, ‘Les meules de Beyrouth’ a d’ailleurs été traduit en allemand, russe, chinois, espagnol, anglais et une maison d’édition italienne s’y intéresse actuellement.

Mais Zeina Toutounji Gauvard, une fois ce premier projet accompli, est sur sa lancée et ne ’’s’arrête pas en si bon chemin’’, car cette femme engagée et téméraire a bien compris que pour ’’valoriser une œuvre, il faut se battre au quotidien. Les choses ne viennent pas seules’’. Toujours avec la même maison d’édition, et la même traductrice, elle fait publier la version française de ’Al Raghif’ (Le Pain). Le contexte de cet ouvrage, qui se déroule pendant la grande famine de 1915, intéresse au plus haut point les organisateurs du colloque Le Liban et la Grande Guerre, présenté dans le cadre du centenaire de la Première Guerre mondiale, ce qui donnera lieu à une table ronde autour des deux romans.

Et quelles sont les prochaines étapes pour Zeina Toutounji Gauvard ? Tout d’abord essayer de trouver un éditeur pour la version anglaise de ‘Les meules de Beyrouth’, ensuite faire traduire les nouvelles et les poèmes de Toufic Youssef Aouad ’’mais pour cela, il faut trouver un poète, ce n’est pas facile’’, enfin faire connaître la poésie de sa mère, Samia Toutounji, la fille de Toufic Youssef Aouad. ’’Certains de ses poèmes ont été publiés, mais il existe aussi beaucoup d’inédits très intéressants’’.

Mais au-delà de la volonté de valoriser l’œuvre familiale, Zeina Toutounji Gauvard a aussi pris conscience de l’importance de la conservation du patrimoine littéraire libanais. ’’Il faut commencer à sensibiliser le public à cette question car nous avons une mémoire collective à conserver et à la négliger, nous risquerions de la perdre’’.

Ce combat en faveur de la création libanaise s’inscrit dans un contexte plus large d’identité collective qui constitue le patrimoine commun de tous les Libanais et qu’il faut urgemment préserver dans sa spécificité et son universalité pour continuer à exister.

Zeina Saleh Kayali

Articles Similaires

Article side1 (square shape or rectangular where the height is bigger than the width)
Article side2 (square shape or rectangular where the height is bigger than the width)