Home Top (1440 x 150px)

‘Générosité’ de Richard Powers

Pour nous qui aimons lire Richard Powers c’est toujours une expérience troublante que de commencer la lecture d’un de ses nouveaux romans : nous savons qu’il nous demandera de lui faire confiance, de laisser tomber nos appréhensions, de ne pas s’interroger où il nous conduit, où il va, que veut-il…

Nous savons qu’à chaque page un petit paragraphe de quelques lignes lance une idée qu’il nous faut des minutes à digérer. Powers nous met au défi d’arrêter la lecture, de renoncer et de ranger le livre… Mais on s’accroche car nous savons qu’il nous a déjà amenés loin avec ‘Au temps où nous chantions’… Alors nous y plongeons, avec délice, nous nous sentons libres de voyager comme nous le voulons.
Tout le talent de Powers réside dans le choix des thèmes de ses livres mais aussi et surtout pour sa capacité de nous faire aimer les personnages qu’il crée. Il faut reconnaître, que Powers est orfèvre pour leur donner une grande densité. Vite ils deviennent des proches. Dans ‘Générosité’ nous avons peur pour Thassa, la jeune Algérienne fourvoyée dans un univers impitoyable, mais aussi pour Russell un de ses professeurs d’écriture qui a découvert en elle cette propension à rester une jeune femme lumineuse, gaie, d'un optimisme inflexible, nous suivons Candice la psychologue qui n’est pas aussi forte qu’elle le pense, et il y a Kurton, un scientifique, ardent partisan des manipulations génétiques qui joue le rôle du méchant. A ces quatre, il faut ajouter des dizaines de comparses dont Oona une célèbre journaliste dont l’émission est très suivie et que Powers nous présente en une dizaine de pages ébouriffantes.

Pour conclure empruntons la plume de Christine Ferniot dans Télérama du 30 mars 2011 :
‘’…’Générosité’ ce roman époustouflant parle de science et de conscience, de technologie et d'humanité. Une nouvelle fois, Richard Powers unit sans limite érudition et poésie. A aucun moment il ne néglige de raconter une histoire à hauteur d'hommes...’’

EN


- ‘Générosité’, Richard Powers, le Cherche Midi, mars 2011.

Richard Powers

Né en 1957, Richard Powers est l'auteur de dix romans, dont ‘Le temps où nous chantions’ et ‘La chambre aux échos’ (récompensé par le National Book Award). ‘Générosité’ est son cinquième roman. Il a été élu Meilleur livre de l'année par le New York Times.

Lien utile
Interview parue dans le magazine Rue89 du 24/03/2011
‘Richard Powers répond aux questions de Hubert Artus’
En 2008, Richard Powers est devenu la neuvième personne au monde à voir son génome entièrement séquencé. Il en a tiré un roman, ‘Générosité’, où il poursuit une voie qu'il est le seul à sillonner : le roman scientifique pur et dur. Les lecteurs l'ont découvert avec ’Trois fermiers s'en vont au bal’ et ‘Le temps où nous chantions’, romans lyriques sur la destinée (le premier) ou sur le racisme et la création musicale en Amérique (le second).
Lire la suite

Courts extraits du livre
A bord d'un métro plein à craquer, un homme voyage dans le sens contraire de la marche. On ne doit pas être loin de l'automne, la saison des révisions. Je l'imagine aux prises avec un héritage, au fond d'un tunnel sous «la Ville qui en veut», vingt-cinquième au palmarès des plus grandes conurbations de la terre, coincée entre Tianjin et Lima sur le graphe des populations. Il fredonne un mantra apaisant, une chanson qui dit le nom de Chicago, mais la rame engloutit la mélodie.
Il a tout juste 32 ans, je le sais, même s'il fait beaucoup plus. Je ne le distingue pas nettement, au début. Mais c'est ma faute, pas la sienne. Je me trouve à des années de là, dans un autre pays, et le El est si bondé ce soir que chacun est presque invisible.
Regarde encore : c'est là tout l'intérêt d'aller ce soir dans une quelconque direction. La page blanche est patiente, et le sens peut attendre. J'observe jusqu'à ce que les contours s'affermissent. Il est recroquevillé sur le baquet de son siège, genoux serrés, épaules rentrées. Habillé pour passer inaperçu, il est vêtu d'un jean couleur rouille, d'une chemise bordeaux et d'un coupe-vent bleu à la fermeture Éclair cassée : tenue de camouflage des non-alignés, aux alentours de l'an passé. Il est aussi blanc qu'on peut l'être sur cette ligne. Il s'étonne de sa propre taille. Sa coiffure sans raie appelle la réprimande, et ses yeux font escale entre le noisette et le marron. Son visage a environ six siècles de retard. Il ferait un beau novice franciscain dans l'un de ces romans à énigme sur fond de monastère médiéval.
Il tient dans ses mains un sac de livres miteux posé sur ses genoux. Non - regarde mieux : un sac en plastique râpé, rehaussé d'une corne d'abondance aux couleurs vives d'où s'épanche la devise d'une marque déposée : Vous satisfaire en tout... et plus encore !
Il courbe l'échiné. Contrition de l'usager. Ses épaules s'excusent d'occuper tant soit peu l'espace public. Du menton, il interroge l'air, à l'affût de l'attaque imparable qui pourrait surgir de n'importe où. Je dirais qu'il a sauté dans le train de la dernière chance en partance ce jour. Il se lève pour céder son siège à une jeune latino en uniforme d'infirmière. Elle sourit du bout des lèvres et d'un geste le fait se rasseoir.

Articles Similaires

Article side1 (square shape or rectangular where the height is bigger than the width)
Article side2 (square shape or rectangular where the height is bigger than the width)