Home Top (1440 x 150px)

Serge Akl : “Donner une belle image du Liban à la France”

Directeur, depuis 2000, de l’Office du tourisme du Liban à Paris, Serge Akl est sur tous les fronts. Sitôt rentré du Salon du livre francophone de Beyrouth dont il a organisé la couverture par France Culture (30 heures d’antenne !) avec l’Institut français, il fait connaître le rock du Liban sur la scène française tout en préparant fiévreusement l’édition de 2014 de Photomed qui se tiendra à Beyrouth au mois de janvier.


Serge Akl est un homme qui n’hésite pas à sortir des sentiers battus et ne lésine pas sur les moyens d'améliorer l’image du Liban en France. Selon lui, “pendant de très longues années, l’image du Liban en France a été associée à la guerre et à la violence”. Il a donc “pris le pari d’essayer d’inverser cette image négative et de montrer aux Français le visage d’un Liban ouvert, convivial, agréable, multiculturel.” Car le directeur de l’Office du tourisme du Liban, situé sur le prestigieux Faubourg Saint-Honoré parisien, est un réel amoureux du Liban : “C’est un pays où il fait bon venir et qui, au-delà des troubles politiques qu’il peut connaître, est aussi un lieu d’échanges artistiques et culturels, un creuset de civilisations, doté d’un immense patrimoine architectural et archéologique.”

Pour ce faire, ses méthodes sont multiples : il encourage la création artistique et intellectuelle libanaise en France, ouvrant l’espace de l’office aux artistes, écrivains et musiciens souhaitant rencontrer leur public parisien, et organise des voyages de presse au Liban. “Les journalistes français, qui au début des années 2000 étaient encore réticents et qui pensaient qu’aller au Liban, se résumait à la fonction de correspondants de guerre, ont réalisé au fil des voyages, que ce pays offrait un visage culturel et intellectuel digne que l’on s’y intéresse”, estime-t-il. “Le regard de la presse française sur le Liban a changé et évolué dans le bon sens. De grands hebdomadaires et des chaînes de télévision ont commencé à proposer des reportages sur des sujets aussi divers que la vie nocturne à Beyrouth, la gastronomie dans les régions libanaises, la vitalité du livre français ou les jeunes designers libanais.”

Un engagement qui se retrouve aussi dans le cinéma, art qu’affectionne particulièrement le directeur, encourageant les producteurs et réalisateurs occidentaux à venir tourner au Liban : “Accueil chaleureux, climat tempéré, paysages encore parfois préservés, coûts moindres, bref autant d’avantages qui peuvent jouer en faveur du Liban et constituer une source de revenus pour le pays. L’industrie du cinéma, si elle se développe au Liban, peut devenir une porte ouverte à beaucoup d’autres domaines, créer des emplois et bien sûr favoriser un tourisme plus traditionnel.” Au niveau du cinéma libanais, un guide complet sur les films, tournages, réalisateurs et acteurs se trouve d’ailleurs sur le site www.a35mmdebeyrouth.com. Mais ces actions de visibilité n’empêchent pas Serge Akl de continuer un travail plus classique : “Je continue bien sûr de faire de la propagande touristique à proprement parler en étant toujours présent dans les grands salons de tourisme et en effectuant régulièrement les tournées des agences de voyage à travers la France pour les inciter à proposer à leurs clients la ‘destination Liban’”.

Zeina Kayali, Paris

Articles Similaires

Article side1 (square shape or rectangular where the height is bigger than the width)
Article side2 (square shape or rectangular where the height is bigger than the width)