Home Top (1440 x 150px)

‘Go Home’, ou l’affrontement aux non-dits du Liban

La dernière fiction de la réalisatrice Jihane Chouaib, Franco-Libanaise aussi connue pour son documentaire tourné au Liban ‘Pays rêvé’, suit les pas de Nada qui retourne dans son village à Aley se réapproprier la maison de ses grands-parents, celle de son enfance. Cette décision l’amène à se heurter aux silences, demi-vérités et non-dits de villageois qui veulent oublier la guerre.

L’histoire de Nada est commune à de nombreuses familles libanaises. Emmenée avec son frère Samir par ses parents pendant la guerre civile, alors que son grand-père ’’joue à la guerre’’, elle cherche désormais à faire du sens de cette période qu’elle n’a pas connue : où son grand-père a-t-il disparu ? Est-il mort ? A-t-il du sang sur les mains ? Qui a occupé et délabré la maison ? Quels souvenirs sont justes ? Juste en posant ces questions, en affrontant du regard les villageois, Nada déclenche l’animosité et l’embarras de gens qui ont mis la guerre civile de côté, enfouie profondément dans leur mémoire.

Par ce film, que Jihane Chouaib a commencé à écrire il y a plus de dix ans avant de l’interrompre quelques années du fait de la guerre de 2006, la réalisatrice souhaitait revenir sur l’enfance et ses souvenirs. Comme Nada, elle a été emmenée par ses parents à l’étranger au début de la guerre, et a retrouvé la maison familiale en ruines à son retour. Même s’il s’agit d’une fiction, on retrouve beaucoup de ses propres blessures et des histoires glanées à droite et gauche.

‘‘Je voulais demander : qu’est-ce qui reste en nous de ce qu’on était enfant ?’’, explique Jihane Chouaib. ‘‘Il y a cette capacité de rêve mais aussi des bâtons dans les roues, on peut s’enfermer dans sa propre enfance. Qu’est-ce qui est vrai dans nos souvenirs ? On a ceux qu’on nous raconte et qui se transforment en images, comme si on les avait vraiment vécus, notre propre mémoire se modifie, et aussi la mémoire collective. Or au Liban, elle n’existe pas, nous n’avons pas d’informations sur les disparus et pendant des années personne n’en parlait. Il y a cette sorte de volonté d’amnésie, qui d’un point de vue psychologique est très douloureux pour les gens, même pour les enfants éclaboussés par l’horreur et la culpabilité. Dire ‘‘oubliez pour continuer à vivre, faire la fête et de l’argent’’, c’est une souffrance. Mon film est une façon de questionner cette mémoire. Nada arrive, elle veut des réponses, c’est nécessaire mais en même temps elle n’aura pas forcément de réponses à la fin, peut-être que son chemin est d’accepter de ne pas avoir de réponse claire et nette sur tout, ou peut-être pas là où elle les attend, plus en elle’’.

Nada est interprétée par l’impressionnante actrice iranienne Golshifteh Farahani, connue pour ‘A propos Elly’ ou encore ‘Poulet aux prunes’. D’une beauté et d’une expression presque mystiques, le choix était évident pour Jihane Chouaib : ‘‘C’est très rare de tomber sur quelqu’un avec cette puissance émotionnelle, avec ce côté magique, mythique. Ce n’est pas une fille réaliste, mais plutôt une Antigone moderne, celle qui a connexion avec l’absolu et qui refuse la loi des hommes’’. L’actrice a d’ailleurs appris l’arabe pour le rôle, et sa capacité à jongler entre trois langues dans le film, à la façon des Libanais, est criante de réalisme.

La réalisatrice est très heureuse de voir le film enfin paraître dans les salles libanaises, alors qu’il est sorti en France en décembre 2016 et l’a entraînée dans des festivals partout dans le monde. ‘‘Le chemin a été un peu long pour revenir au point de départ, le Liban’’, détaille Jihane Chouaib. ‘‘Au final, avec ce film, j’ai voulu transmettre des sensations du pays, le rapport au pays natal, perdu, toutes ces petites sensations pour nous quand on retourne, tout en laissant la liberté au spectateur d’entrer en discussion avec’’.

Consciente de l’intérêt que peut avoir ‘Go Home’ pour des Libanais qui ont soit enterré leur passé soit cherchent à l’éveiller à leur retour, elle organisera deux débats avant son départ début juillet afin d’avoir un retour et pouvoir écouter ‘‘le pays imaginaire des autres’’.

Articles Similaires

Article side1 (square shape or rectangular where the height is bigger than the width)
Article side2 (square shape or rectangular where the height is bigger than the width)