Home Top (1440 x 150px)

C’était comment le concert du Conservatoire ?

Mémorable.

Il n’est pas donné qu’un concert réunisse deux solistes virtuoses. C’était bien le cas ce vendredi à l’Eglise Saint-Joseph où Anoush Nikoghosyan, frêle jeune violoniste de 20 ans, a conquis l’auditoire, interprétant le Concerto pour violon et orchestre d’Aram Khatchaturian. A écouter ce Concerto, on comprend qu’il a été composé pour David Oïstrakh qui aurait applaudi, comme nous tous, la performance d’Anoush.

L’autre virtuose, Karine Hovhannisyan n’a pas usurpé son titre de la meilleure interprète de qanûn arménien de sa génération. Il faut dire que son instrument, qui diffère de celui dont nous avons l’habitude d’écouter, possède une très belle sonorité surtout quand il est entre les mains d’une telle artiste. Karine nous a fait écouter son cheval de bataille, le Concerto nº2 pour qanûn, de Khachatur Avetisyan, son professeur et maître (l’a-t-il composé pour elle ?).

Quant au public, toujours enthousiaste et généreux, il n’acceptera jamais qu’on lui dise quand applaudir. Il manifeste son approbation instinctivement, et tant pis pour les règles… Autre bémol, la sonorité au niveau du violon, écrasée par un orchestre où les cuivres sont omniprésents.

Néanmoins, ce concert reste mémorable, et le Conservatoire, s’il maintient cette lancée, finira par nous rendre plus exigeants.

Emile Nasr


Karine Hovhannisyan interprétant le Concerto No. 2 pour qanûn au Symphony Space à New York.

Articles Similaires

Article side1 (square shape or rectangular where the height is bigger than the width)
Article side2 (square shape or rectangular where the height is bigger than the width)