Home Top (1440 x 150px)

Bâtiments publics

On aperçoit parfois le Sérail, la Municipalité ou le Parlement dans les films se déroulant à Beyrouth, mais c’est généralement pour leur aspect extérieur et leur rôle privilégié de repères visuels dans le centre-ville. Ils n’ont en revanche aucune place dans le déroulement de l’histoire, et on n’en voit jamais l’intérieur.


D’autres types de bâtiments publics en revanche, apparaissent dans certains films et font partie du scénario. Les exemples ne sont pas très nombreux, mais avec de la persévérance on fait quelques trouvailles. Il s‘agit évidemment toujours de films arabes, ces bâtiments n’étant pas identifiables par le spectateur occidental, et le héros n’ayant d’ailleurs aucune raison de s’y aventurer.

Pour commencer, un grand nombre de scènes se passent dans des commissariats de police, où nos héros se retrouvent pour un oui ou pour un non. Mais s’agit-il de vrais commissariats ? C’est peu probable, des scènes de ce type pouvant être tournées dans n’importe quel bâtiment. En revanche, au début de ‘Garo’ (1969), Mounir Maasri, qui a fini de purger une peine, sort effectivement de la prison des Sables, ce qui permet d’assez bien voir ce bâtiment, aujourd’hui disparu.

Quelques rares scènes se passent à l’université, on peut citer ‘L’amour et l’argent’ (1972), où Hassan Youssef, jeune homme désœuvré, traîne à l’Université arabe, cherchant visiblement un moyen plus facile de faire fortune.

Pour les établissements scolaires, on citera bien sûr ‘Beyrouth ya Beyrouth’ (1974), dont le début se passe au Collège du Sacré-Coeur à Gemmayzé. Et surtout ‘West Beyrouth’ (1998), qui met en scène deux jeunes adolescents qui vivent la guerre avec insouciance. Ils fréquentent le Lycée Abdel
Kader, où se passe un long passage du film. Il semble même que les vrais élèves du Lycée aient été mis à contribution pour servir de figurants.

Encore plus près de nous, dans ‘Que vienne la pluie’ (2010), peut voir le Conservatoire national de musique, où étudie Diamant Bou Abboud, qui rêve d’obtenir une bourse pour poursuivre ses études musicales en Europe. On la suit dans les couloirs de l’établissement, on entre même dans un bureau par la fenêtre duquel on aperçoit une des entrées du Grand Sérail.

Pour terminer, nous pouvons trouver quelques vues d’hôpital. Ainsi par exemple, dans ‘Chellat al Mouchaghibin’ (1973), l’un des artistes, sans travail à Beyrouth, sa troupe ayant fait faillite, réussit à se faire embaucher comme infirmier à l’Hôpital orthodoxe, où ses compères le rejoignent et commettent quelques pitreries !

Lyna Yared

Articles Similaires

Article side1 (square shape or rectangular where the height is bigger than the width)
Article side2 (square shape or rectangular where the height is bigger than the width)