Le ‘Single Man’ de Jad El Khoury à l’assaut de Hamra

L’architecte d'intérieur et caricaturiste, adapte du doodle art ou art du griffonnage, persévère dans son projet fou ‘War Peace’ : ascension clandestine des façades d’immeubles à Beyrouth pour y peindre ses personnages facétieux. Son pinceau malicieux désire plus que ne jamais illustrer un devoir de mémoire et s’attaque pour cela au cœur de Hamra.


Des héros sympathiques pour couvrir les stigmates de la guerre… Jad El Khoury a fait bien du chemin depuis sa première exposition au café De Prague à Hamra, sa participation au Salon Jabal, à deux éditions du Beirut Art Fair et son accrochage individuel à la galerie Cynthia Nouhra en 2015. Il vit et travaille actuellement au Koweït, mais revient régulièrement à Beyrouth.

Armé d’un pinceau mais sans permis, il frappe fort et croque une fois de plus son ‘Single Man’ sur les façades d’un immeuble délabré de Hamra, après le coup d’essai réussi au centre-ville. Son personnage est représenté dans ses premières pièces comme un individu à part dans une société entourée de masses et de motifs divers. Dans son dernier projet à Hamra, le bonhomme prend conscience de son individualité et sort enfin de sa coquille. Bien connu des automobilistes et badauds, ‘Single Man’ reflète l’espièglerie de l’artiste.

La fin de la guerre civile au Liban date de près d’un quart de siècle. Ces œuvres tentent à résorber nos plaies béantes pour nous éviter de reproduire les erreurs du passé.

Le programme pacifique de Jad est une ode à la vie qu’il mène sur différents supports, un artiste à suivre de près !

Randa Sadaka


Articles Similaires