Home Top (1440 x 150px)

L’univers merveilleux, poétique et insolite de Sibylle Bergemann

La photographie allemande s’invite à Beyrouth à la Villa Audi du 14 novembre au 13 décembre sous l’égide de Sibylle Bergemann, symbole d’une époque et photographe du beau et de l’insolite.

L’exposition de la villa Audi émeut par le choix des photos et des différents sujets de Sibylle Bergemann. Ses photographies impressionnent par la diversité de leurs objets, mais surtout pour leur sensibilité et leur façon de toujours surprendre le spectateur.

L’exposition s’articule autour de trois grand thèmes : la mode et les voyages, l’époque en noir et blanc en Allemagne de l’Est, et les portraits.
Sibylle Bergemann, née en 1941 en plein milieu de la deuxième guerre mondiale, est un symbole de la photographie allemande. Au lieu de se conformer à la vie toute tracée que voulait imposer le nouveau régime elle choisit en 1966 une autre voix d’expression : celle de la photographie, qu’elle apprend auprès d’Arno Fischer, un enseignant respecté qui deviendra son mari.

Elle décide de s’éloigner des restrictions imposées par la propagande du parti pour photographier des scènes de la vie de tous les jours, capturant ce qui l’entoure avec un regard réaliste teinté de tendresse. Les photos de cette époque sont en noir, afin de donner plus de réalisme aux photos. Lorsqu’on les regarde, il y a toujours un petit quelque chose de captivant dans l’instant. Comme cette photo d’adultes penchés sur une balustrade regardant tous dans la même direction, avec des bulles de lumières au-dessus de leur tête, alors que plus bas un mouvement attrape le regard : un enfant a quatre pattes les regarde avec un air espiègle. Cette scène insolite fait sourire, tranchant avec la dureté de cette sombre époque de l’histoire allemande.
 



Après la chute du mur de Berlin, l’artiste passe à la couleur, qui n’altère en rien l’œil et le style du conteur. Elle utilise la couleur comme complice de son regard et joue dans ses photographies avec différents tons pour créer des univers féériques et théâtraux. Elle explore enfin le monde, nous menant par exemple au Mali. La série des photos africaines est particulièrement fascinante, car elle y mêle le banal au stupéfiant, comme la présence d’une cabane de Nescafé dans une banlieue éloignée de Dakar, devant laquelle pose un homme en tenue traditionnelle.




Enfin, les portraits exposés représentent le visage de tous les jours de personnes en utilisant le polaroïd.
Mais, comme à son habitude, la photographe aime jouer sur les mises en scène. Ainsi lorsqu’elle prend en photo une troupe de théâtre formée par des personnes atteintes du syndrome de Down, elle décide de les représenter de façon théâtrale, maquillés et en habits de scène.


Eva Boisrond

Pour en savoir plus, cliquez ici

Articles Similaires

Article side1 (square shape or rectangular where the height is bigger than the width)
Article side2 (square shape or rectangular where the height is bigger than the width)