Hammana Artist House : coup d’envoi des travaux, en musique !

Hammana Artist House pose sa première pierre ! Le 23 juillet, grâce au soutien de la municipalité de ce village typiquement libanais, de Robert Eid et du collectif Kahraba, un nouveau lieu de résidence enrichira le paysage artistique et la programmation culturelle. Aurélien Zouki, co-fondateur du collectif Kahraba et en charge du projet, nous en parle.


Que pouvez-vous nous dire de Hammana Artist House ?
Hammana Artist House (nom provisoire) est un lieu de résidence pour artistes qui ouvrira officiellement ses portes durant l’année 2017. Il sera doté de logements, d’un atelier de scénographie, d’une salle qui accueillera des expositions, des concerts, diners-spectacles, des rencontres professionnelles et un théâtre d’une centaine de place pour les répétitions, représentations et formations. Ce sera aussi le lieu de résidence permanente du collectif Kahraba.

Quel est son concept ?
Le projet est né de la rencontre entre Robert Eid et le collectif Kahraba. Robert Eid avait le désir de participer de manière durable à la dynamique du pays, en transformant cette maison en pôle artistique et culturel. Nous avons travaillé à la conception d’un projet qui réponde à son ambition et c’était une grande joie pour nous : nous en rêvions depuis la création du collectif en 2007. L’initiative de Robert Eid est à la fois rare et essentielle dans notre région : permettre aux artistes de développer leur travail dans les étapes invisibles du processus de création - formation professionnelle, conception des projets, recherches, rencontres, partage avec le public d’étapes de travail et répétitions. Pour cela, le collectif Kahraba travaille à la conception d’un projet qui puisse autant répondre aux besoins des artistes, que générer de nouvelles rencontres et collaborations, et développer les échanges entre public et professionnels toutes générations confondues.

Quelles disciplines y seront exercées ?
Ce lieu sera d’abord dédié aux arts de la scène : théâtre, danse, musique, marionnette. Il est conçu toutefois de façon à pouvoir accueillir auteurs, dramaturges, chercheurs, compositeurs. L’atelier permettra aussi aux artistes visuels ou plasticiens de disposer d’un lieu qui leur est propice. Le collectif Kahraba a toujours cherché les décloisonnements et les croisements de disciplines afin de faire naitre de nouvelles formes, de nouveaux langages et permettre que nous nous inspirions les uns les autres.

A qui sera-t-elle ouverte ?
Nous développerons des activités pour les habitants de Hammana et sa région bien sûr, mais les publics de Beyrouth et d’ailleurs sont invités à venir partager des moments de qualité : un accueil chaleureux, la convivialité d’un repas préparé sur place, les représentations et les rencontres humaines. Cette dimension de la relation humaine est pour nous un point de départ essentiel aux projets que nous avons jusque-là créés, nos spectacles ou le festival ‘Nehna Wel Amar wel Jiran’. Il s’agit bien pour nous de relations d’écoute et de partage, entre acteurs et spectateurs, qui font de nous à la fois les invités et les hôtes d’une expérience artistique qui se crée ensemble, à travers ce moment particulier de la représentation où des histoires, des questions, des rêves se transmettent et voyagent d’un imaginaire à l’autre.

Quel est son objectif ?
Le collectif Kahraba développe une vision à long terme et affirme la nécessité de la décentralisation de l’activité culturelle, hors de beyrouth, de se rapprocher des publics d’autres régions (Metn, Chouf, Zahlé, Bekaa). Cela permettra aux artistes de sortir de la frénésie de Beyrouth, de travailler au calme dans un lieu propice à un autre rythme, indispensable à nos yeux au processus de création. Pour construire des ponts avec d’autres régions, il faut un lieu source, un lieu d’enracinement, un point de départ pour s’élancer et bâtir à travers l’itinérance chère au collectif Kahraba, un réseau de partenariats à travers le pays et à l’international.
Nous voulons que ce lieu soit un lieu ouvert aux collaborations avec les différents acteurs du monde culturel, compagnies, festivals, associations, en offrant un outil de plus aux dynamiques existantes qui œuvrent déjà à la diffusion des arts et de la culture dans notre société. L’enracinement dans un territoire, le rayonnement sur la région, un pont avec Beyrouth, une ouverture à l’international sont pour nous les fondations qui soutiennent cette maison.

Vous proposez un programme dense le 23 juillet. Comment avez-vous établi le programme ?
Ce n’est pas encore son inauguration, les travaux ne font que commencer ! Ce jour-là, ce sera la pose de la première pierre, un geste symbolique puisqu’une partie du bâtiment existe déjà. Il s’agit d’un premier évènement, d’un premier geste, des premières notes de musique, un prologue en quelque sorte, sur un après-midi et une soirée, qui annoncent l’ouverture prochaine du lieu. Le projet se mûrit depuis plus de deux ans, s’élabore avec Robert Eid, avec les architectes et les futurs partenaires. Les préparatifs aujourd’hui s’intensifient, et nous avions à cœur de partager la joie que nous avons à travailler sur ce projet. C’est une invitation à venir découvrir Hammana, notre nouveau lieu de vie, où certains membres du collectif Kahraba s’installent dès cet été.
Le programme artistique s’est élaboré dans la continuité de notre démarche, avec des spectacles à partager en famille, mêlant différentes disciplines, dont certaines sont peu répandues comme le chant lyrique et le nouveau cirque. Les artistes invités s’inscrivent dans des partenariats que nous avons à cœur de nourrir et faire grandir, en générant collaborations locales et internationales. Le collectif Kahraba jouera ‘Géologie d’une fable’ parce qu’il est important de nous présenter d’abord à travers notre travail artistique.

Où donc seront présentés les spectacles ce jour-là ?
Bien que la maison et le théâtre ne soient pas encore prêts, commencer par habiter l’espace public nous correspond bien, invitant tout un chacun à se joindre aux spectacles gratuits, à l’instar du festival Nehna wel Amar wel Jiran. Ce sera aussi l’occasion d’assister à une représentation dans l’ancien cinéma Roxy qui a un très beau cachet, de poursuivre la promenade à travers le souk de Hammana vers une petite cour pour un rendez-vous lyrique et écouter le conte musical composé pour un quatuor avec piano et conteuse. Une grande scène sera installée devant la maison pour les circassiens et le concert, le tout accompagné par une fanfare déjantée qui risque au passage de vous intégrer à son orchestre... La soirée se termine en beauté, avec la magnifique voix de Rima Kcheich, dont les chants vont nous porter pour la réussite des derniers préparatifs jusqu’à l’inauguration et vous donneront surement envie de revenir.

L’aventure se lance ! Que peut-on vous souhaiter pour la suite ?
Que ce lieu donne naissance à de belles créations d’artistes de tous bords et que le public nous suive !

Pour en savoir plus, cliquez ici

Articles Similaires

Article side1 (square shape or rectangular where the height is bigger than the width)
Article side2 (square shape or rectangular where the height is bigger than the width)