Le succès et la reconnaissance continuent de sourire au trompettiste Ibrahim Maalouf

Une année 2014 qui démarre sur les chapeaux de roue pour l’artiste franco-libanais Ibrahim Maalouf, avec une récente récompense des Victoires de la musique 2014 pour son cinquième album ‘Illusions’ et un concert exceptionnel qui aura lieu à l’Olympia (Paris) et qui bien sûr, est déjà complet…


Avec une actualité très dynamique ces derniers mois (sortie de votre dernier album ‘Illusions’, les Victoires de la musique et un concert à l’Olympia), pouvez-vous nous donner vos impressions ?
Eh bien, écoutez, je suis sur un petit nuage ! Je vis tout cela avec beaucoup de recul, car je travaille dur depuis bientôt seize ans, et cette toute nouvelle reconnaissance est le fruit de tout ce travail. Donc je suis fier, et à la fois reconnaissant vis-à-vis de tous ceux qui m'entourent et qui travaillent avec moi pour que tout cela arrive. Aussi, je sais que c'est une chance, et que tout peut s'arrêter très vite, donc je vis les choses à fond, et continue d'imaginer plein de projets.

En quelques années, votre carrière a littéralement décollé, avec la création de votre propre label, la production d’albums qui font l’unanimité (notamment en ce qui concerne ‘Diagnostic’ vendu à plus de 35000 exemplaires) ; quel a été selon vous le déclenchement de ce succès ?
L'unanimité n'existe pas vraiment... Mais disons que c'est vrai que j'ai beaucoup de chance d'avoir autant de soutien. Je pense qu'après toutes ces années, enfin, on commence à me faire confiance. Que ce soit pour la musique de film, comme pour la production d'albums d'autres artistes, ou pour la composition de chansons pour des chanteurs et chanteuses.

Vous possédez un parcours singulier qui embrasse une multitude de styles musicaux. Né dans une famille de musiciens, vous démarrez par une carrière dans la musique classique qui poursuit sa lancée vers le jazz et les musiques actuelles. Pouvez-vous nous en toucher quelques mots ?
Très tôt, lorsque j'étais jeune, j'ai compris qu'il était nécessaire pour aller en toute liberté sur tous les territoires musicaux qui m'intéressaient, de me cultiver et d'aller le plus loin possible dans mes études supérieures de musique classique d'abord, puis dans l'échange avec les musiciens du monde, que ce soit jazz ou autre. C'est la curiosité et l'envie d'être libre qui m'ont poussé très tôt à aller le plus loin possible dans toutes les choses que je pouvais entamer. Après toutes ces années d'apprentissage, je peux sentir aujourd'hui que ça a été bénéfique. Les concours internationaux qui sont le plus haut degré de concours au monde m'ont également appris à gérer le trac et la peur de la scène. Même si jeune, je jouais déjà en concert avec mon père, et je me suis habitué à cet exercice pas très naturel, de présenter une musique devant du public. Mais tout cela m'a permis d'apprendre le métier sous les différents aspects qu'il nécessite.

Comment définiriez-vous votre rapport à la musique en général, vous qui y baignez depuis votre plus jeune âge ? Quelles sont vos inspirations, les artistes ou musiques qui vous ont marqués ?
Sans hésiter, mon père a été et est toujours d'une certaine façon, ma plus grande inspiration. Il m'a enseigné le jeu de la trompette, de l'improvisation dans la tradition arabe, la musique classique occidentale, la technique de la trompette, jouer sur scène…etc. Je me suis réveillé à l'âge de 17 ans, avec un métier entre les mains. Ce point de départ a été la chance de ma vie. Et si je travaille autant aujourd'hui c'est pour être à la hauteur de l'héritage de mon père. Sinon, musicalement, évidemment, il y a des dizaines et des dizaines de noms que je pourrais citer. Mais j'ai envie de dire que ma rencontre avec la chanteuse Lhasa de Sela a été le plus beau et grand déclic de ma vie musicale personnelle d'adulte. En me demandant de jouer avec elle, Lhasa m'a ouvert les yeux et les oreilles à ce que la musique peut apporter de personnel et de thérapeutique. J'ai commencé à enregistrer mes premières musiques de manière professionnelle, dès que j'ai vu comment elle s'y prenait. Elle m'a vraiment énormément inspiré. Elle restera malgré sa disparition à 36 ans, l'une des artistes les plus importantes de ces 50 dernières années, en termes d'inventivité et de personnalité.

En 2011, vous recevez le titre de ‘Jeune artiste œuvrant pour le dialogue interculturel entre les mondes arabe et occidental’ par l’Unesco. Selon vous, en quoi votre parcours reflète-t-il une telle nomination ?
Sincèrement, je pense qu'on est très nombreux à mériter un tel prix. Beaucoup de jeunes et de moins jeunes musiciens, plasticiens, comédiens, réalisateurs, danseurs, peintres, écrivains…etc. qui aujourd'hui, sommes à la croisée des mondes arabes et occidentaux. Je fais partie de cette génération métissée. L'Unesco m'a remis ce titre symboliquement, car ils ne peuvent pas le donner à tout le monde, ça n'aurait plus de sens. Mais c'est à tous ces artistes qu'il revient en réalité, et l'Unesco le sait. Et moi aussi.

Revenez-vous souvent au Liban ? Quel est votre rapport à ce pays ? Un concert est-il prévu ici ?
Je vais au Liban deux à quatre fois par an environ. Malheureusement, ces derniers temps, entre les tournées, et les productions, j'ai un peu moins d'opportunités. Mais si tout se passe comme prévu, cet été, nous serons en concert dans un grand festival libanais et j'espère sincèrement que le public sera au rendez-vous pour faire la fête avec nous.

Quel bilan faites-vous aujourd’hui de votre carrière ? Quels sont vos projets ou envies ? Que peut-on vous souhaiter pour la suite ?

J'ai envie de rester libre dans mon travail comme je le suis depuis des années. C'est ma seule vraie ligne directrice. Le reste, on verra ! Je surfe sur les choses qui m'arrivent et essaie d'aller naturellement là où j'ai ma place ! Cette année, il y a beaucoup de projets, de créations, de concerts et d'enregistrements... J'espère que j'aurais le temps de faire tout cela et de voir ma fille qui me manque ! Alors, souhaitez-moi peut-être de voir Lily plus souvent :) !

Propos recueillis par Célia Hassani

Articles Similaires

Article side1 (square shape or rectangular where the height is bigger than the width)
Article side2 (square shape or rectangular where the height is bigger than the width)