‘L'Amour comme hypothèse de travail’

Scott Hutchins, nouvel auteur américain, explore la carte du Tendre à l'ère 2.0 dans son premier roman.


Dans un San Francisco vibrant de contradictions, entre New Age et Silicon Valley, Scott Hutchins explore les jeux de l'amour 2.0 dans un roman flirtant avec la science-fiction, où cohabitent romance, quête du père et ordinateurs intelligents doués de sentiments.

A la fois inventif, cocasse et profond, ‘L'Amour comme hypothèse de travail’ (Belfond), premier roman de cet auteur américain, professeur à Stanford, a fait grand bruit aux Etats-Unis. Il est traduit dans une dizaine de langues.
"J'ai mis quatre ou cinq ans à l'écrire. Je voulais au départ faire un portrait de San Francisco, ville fascinante où je vis depuis quinze ans", explique Scott Hutchins, né en 1974 et élevé dans l'Arkansas, comme son héros.
"Mais San Francisco, c'est aussi la porte de la Silicon Valley et je me suis intéressé à ce temple de la haute technologie. Les liens entre philosophie et intelligence artificielle me passionnent depuis longtemps", poursuit cet auteur, souvent primé, de nouvelles publiées dans le New York Times et le San Francisco Magazine.

"Qu'est-ce qu'être humain? Nos relations ne sont-elles qu'illusion ? L'amour n'est-il que chimie et projection ? Et si les ordinateurs prenaient le pouvoir sur nos vies ? Toutes ces questions traversent le roman", poursuit l'écrivain dans un français parfait, appris à Bordeaux dans sa jeunesse.

"Je voulais que le livre amuse et intéresse à plusieurs niveaux, avec une réflexion sur l'amour, les relations père-fils et la technologie qui bouleverse nos vies. Je n'en ai pas peur mais nos changements de comportements sont vertigineux", relève l'écrivain.

Test de Turing
Le héros du livre, Neill Bassett, trentenaire divorcé et désabusé, vit seul avec son chat. Il passe ses nuits dans les spots branchés de la baie, perfectionne ses plans drague, n'hésitant pas à jouer les touristes dans une auberge de jeunesse, "une technique expérimentée avec succès par un ami", sourit l'auteur.

Le jour, dans la start-up qui l'emploie, Neill parle avec son défunt père.
En fait, il dialogue avec ‘Dr Bassett’, un ordinateur programmé grâce au journal de 5.000 pages tenu par son géniteur jusqu'à son suicide. Une mine destinée à créer le premier ordinateur doué d'émotions et à remporter le fameux test de Turing.

Pour réussir ce test d'intelligence artificielle, 30% du jury doit prendre l'ordinateur pour un humain.
"J'ai moi-même été juré il y a 7 ans. Mais les ordinateurs n'étaient pas très convaincants", avoue l'auteur.
‘Dr Bassett’ répond, lui, avec une humanité de plus en plus bluffante. Et Neill va réussir l'impensable: communiquer au-delà de la mort avec son père, ce dont il avait été incapable dans la vraie vie.

Le trentenaire cherche aussi à apprivoiser la fantasque Rachel, adepte de méditation sexuelle, et découvre que l'amour pourrait bien exister.
"Ma motivation principale était de créer un univers où je raconterais l'air du temps à San Francisco. J'ai utilisé pas mal d'anecdotes, d'expériences personnelles, celles d'amis, de collègues, en les transformant".

Quand, dans le roman, Rachel est déprimée après avoir cru voir un couple en transe amoureuse et s'aperçoit que l'homme se concentre pour arracher les poils du nez de sa dulcinée, "c'est une scène vécue", dit-il un peu navré.

Scott Hutchins écrit un nouveau roman : "le personnage principal est une femme, l'histoire se déroule sur plusieurs générations et la question scientifique est la génétique, domaine aussi fascinant qu'inquiétant."
"Le livre parlera aussi d'un mal californien: les tensions raciales, avec les derniers arrivés qui ont peur des nouveaux venus plus récents..."

Myriam Chaplain Riou (AFP)

Articles Similaires

Article side1 (square shape or rectangular where the height is bigger than the width)
Article side2 (square shape or rectangular where the height is bigger than the width)