Antonia Carver : “Art Dubaï, la plus grande vitrine annuelle pour les artistes arabes″

Antonia Carver, directrice de la foire Art Dubaï, répond à nos questions au sujet de cette huitième édition, qui se déroulera du 19 au 22 mars. Rappelons d’ores et déjà que la foire accueillera cette année plus de 80 galeries en provenance de 36 pays du monde, et lance un nouveau programme consacré à l'art moderne du Moyen-Orient et de l’Asie du sud : ‘Art Dubaï Modern’.



Parlez-nous de ce qu’Art Dubaï réserve pour cette huitième édition.
Nous lançons cette année une nouvelle section pour les galeries : ‘Art Dubaï Modern’, consacrée à l'art du 20ème siècle du Moyen-Orient et de l’Asie du sud. Bien sûr, entre les années 1940 et 1980 dans des villes comme Beyrouth, Le Caire, Bagdad, Téhéran, Bombay ou encore Karachi, les artistes réalisaient des œuvres parallèlement à leurs collègues européens et américains, mais malheureusement une grande partie de cette période n’a pas été documentée, et donc négligée.
Nous avons alors réalisé qu’il existe une réelle volonté au sein des institutions mais aussi chez les artistes, conservateurs et galeristes de mettre en regard l’art contemporain avec l’art moderne, et d’y établir certaines connections. Des artistes comme Shemza, Zahoor Ul Akhlaq, Hamad Abdallah et Huguette Calande ont joué un rôle très influent sur leurs villes et sur les générations suivantes d'artistes. Cela va être réellement passionnant de présenter leur travail sur la scène internationale que représente Art Dubaï.
Un autre volet de la foire, qui s’intéresse chaque année à une nouvelle région ou thème, est notre ‘Marker program’. Ce programme est dédié cette année à l'Asie centrale et au Caucase et est organisée par des artistes slaves et tatars. Cette section dynamique de la foire comprend plus de 45 artistes, représentés par cinq organisations de ces régions sélectionnées avec soin, et présentera des peintures, des sculptures ainsi qu’un programme de visites et un ensemble de livres commandés spécialement auprès du brillant éditeur parisien Onestar.

Considérant les sept éditions précédentes, quel rôle joue Art Dubaï au sein de la vie culturelle de la région ? Quelles évolutions ou développements avez-vous pu constater ?
La croissance spectaculaire de la scène artistique locale est quelque chose que la foire reflète et encourage activement. En 2007, lors de la première édition d'Art Dubaï, nous accueillions près de 40 galeries ainsi que 8 000 visiteurs. En 2013, il s’agissait de 75 galeries et de plus de 25 000 visiteurs de la communauté locale et du monde de l'art, en masse.
Au cours de la dernière décennie, Dubaï est devenu le centre ‘commercial’ en matière d’art pour les pays du Golfe et au-delà, et la ville compte désormais plus de 40 galeries. Au niveau régional, Art Dubaï agit comme une plaque tournante et un point de rencontres - la plus grande vitrine annuelle pour les artistes arabes, partout dans le monde -, mais aussi la chance de réunir tous les acteurs de la région et d’ailleurs, pour une semaine autour de l'art, d’échanges, de mise en réseau et de débat.

Considérant la situation politique actuelle de la région, ‘Art Dubai’ constitue-t-il un événement qui se fait le témoin des effets ressentis au niveau de la production artistique en général, des artistes et de certains mouvements culturels ?
Telle est la nature de la région dans laquelle nous travaillons, qui chaque année subit de grands changements politiques au sein desquels les artistes sont parfois eux-mêmes impliqués, dont les œuvres rendent compte de ces changements, ou encore, dans certains cas, proposent des approches plus personnelles, domestiques ou formelles.
La crise qui a cours en Syrie ne peut qu'affecter les artistes, comme tout un chacun, mais la manière dont ils choisissent d'aborder cela dans leur travail, ou pas, est personnelle et individuelle.
Mounira Al Solh a d’ailleurs créé un grand projet pour le ‘Art Dubaï Projects’ de cette année, qui est une partie de notre programme sans but lucratif dans lequel elle met en place un stand de chaussures syriennes que les visiteurs de la foire pourront échanger avec leurs chaussures ordinaires le temps de l’événement. C'est spécifiquement ce genre de geste ludique, participatif mais qui affecte profondément les esprits, que seuls les artistes peuvent réaliser.

Quels sont les avantages que peuvent retirer les différentes galeries en participant à un tel événement ? Dans quelle mesure se distingue ‘Art Dubaï’ des foires d’art en général ?
Art Dubaï représente aujourd’hui la foire la plus établie, non seulement dans le Golfe mais aussi au Moyen-Orient et en Asie comme un centre dynamique, et de plus en plus comme une plate-forme pour les artistes africains.
Notre modèle est celui du partenariat : avec le gouvernement, les institutions locales, artistes, conservateurs, collectionneurs et le public bien entendu. Nous entretenons une relation privilégiée avec les institutions et voyons les principaux directeurs de musées, conservateurs et collectionneurs du monde entier participer à la foire chaque année. Même les galeries internationales font le constat d’un meilleur accès à ces grands acteurs du monde de l’art sur notre foire que dans leurs villes d'origine ou lors de grandes foires européennes ou américaines !
De plus, ‘Art Dubaï’ prend place au sein d'un environnement très dynamique et discursif, notamment avec le ‘Global Art Forum’, les projets des artistes ainsi que le grand nombre d'événements collatéraux organisés avec les partenaires et collègues de la région.

De nombreuses expositions, projets et événements coïncident avec la période de ‘Art Dubaï’ en ce mois de mars, “moment le plus dynamique des Émirats arabes unis’’ : parlez-nous de cette saison particulière.
Expositions et projets se déroulent toute l'année ici, mais mars constitue réellement le moment le plus dynamique au sein des Émirats arabes unis pour les arts. En dehors d’Art Dubaï, les galeries proposent par exemple des nocturnes. Les ‘Design Days Dubaï’, foire leader au Moyen-Orient et en Asie du sud dédiée à la collection et aux éditions limitées en matière de meubles et d’objets design, ouvrira ses portes le 16 mars.
Il y a aussi la foire d’art SIKKA gérée par la ‘Dubaï Culture and Arts Authority’ qui met en vedette des artistes des Émirats arabes unis et débutera le 15 Mars.
Enfin, une pléthore de grandes expositions collectives et individuelles sera proposée à Sharjah.
Cette période, généralement considérée comme une ‘Artweek’, dépasse en réalité une quinzaine de jours !

Propos recueillis par Célia Hassani

Art Dubai
Du 19 au 22 mars 2014
www.artdubai.ae

Articles Similaires

Article side1 (square shape or rectangular where the height is bigger than the width)
Article side2 (square shape or rectangular where the height is bigger than the width)